5 éoliennes entre Quartes et Montrœul ?

Les Thimougiens réclament un moulin… Voilà qu’on leur annonce l’arrivée de quatre ou cinq éoliennes. Réunion d’information le 04/07.

Pascal LEPOUTTE
5 éoliennes entre Quartes et Montrœul ?
Plan éoliennes Thimougies ©EdA - 201081980977

Le mercredi 4 juillet, à la Ferme du Préau, les habitants de Quartes, Thimougies et Montreuil (sic)-au-bois sont conviés à une réunion d'information au sujet de l'introduction d'une demande de permis unique relative à l'implantation de quatre ou cinq éoliennes sur le territoire tournaisien. Ce dossier introduit par la société Nordex France, filiale d'une multinationale danoise installée dans la région parisienne, qui lance ainsi son deuxième projet en Wallonie, après Mettet (toujours à l'étude). Cette firme qui au départ construisait des machines – à Rostock, en ex-Allemagne de l'Est - a diversifié ses activités: développement de projets, maîtrise d'œuvres et aménagement des parcs éoliens «tandis qu'une de nos équipes réalise la maintenance pendant toute la durée de l'exploitation», explique Florie Ternoy, chef de projets.

L’endroit, situé au sud de l’A8 et à l’est du village de Quartes, a été retenu comme zone potentielle en superposant toutes les contraintes principales: aériennes, zones d’habitat, distance…

Des prises de contact ont déjà eu lieu avec les propriétaires potentiellement concernés.

Cette première réunion de consultation a pour objectif de présenter le projet et d’informer la population sur les différents points qui seront traités dans l’étude d’incidences, laquelle a été confiée au bureau SGS Belgium, de Gembloux.

« On a fait le choix d'informer la population très en amont sur l'étude qui est menée afin de pouvoir tenir compte des remarques des riverains lors de la réalisation de l'étude d'incidences, mais aussi avant de valider l'implantation en vue de la demande de permis unique. Car cette zone de projet peut encore évoluer », ajoute Florie Ternoy. Un mât de mesure sera installé dans la foulée.

D’autres y avaient déjà pensé

Le groupe Nordex, qui emploie plus de deux mille personnes et a déjà installé près de cinq mille éoliennes dans le monde depuis sa création en 1985, compterait également profiter de la réunion pour lancer un appel aux partenaires éventuels: citoyens, commune,etc.

On signalera que la société tournaisienne Ventis, qui avait mené une étude de tous les endroits susceptibles d’accueillir un parc éolien en Hainaut occidental n’avait pas estimé celui-là propice, pour une raison principale: son éloignement des deux postes de raccordement possibles (Ligne et Kain).

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...