Plainte à la PJ de Tournai: le Sypol s'inscrit en faux

Le syndicat policier Sypol, qui dit représenter 70 pc du cadre opérationnel de la police judiciaire fédérale de Tournai, a dénoncé mardi la "malhonnêteté intellectuelle" des représentants du SLFP qui soutiennent la plainte pour harcèlement d'un péjiste de Tournai à l'encontre de sa direction.

Lundi, le SLFP (Syndicat libre de la Fonction publique) dénonçait le harcèlement moral dont fait l'objet selon lui l'inspecteur principal Michel Laude, par ailleurs délégué syndical, de la part du directeur judiciaire de Tournai et du directeur général de la PJ fédérale.

Les représentants du Sypol se sont inscrits en faux contre cette accusation, évoquant pour leur part des actions ou des fautes personnelles, ainsi que des propos calomnieux et des actes répréhensibles.

Ils soulignent que les fonctions de délégué ou de permanent syndical, bien qu'elles doivent être légalement protégées, "ne peuvent permettre d'assurer une quelconque forme d'impunité par rapport à des actions ou des fautes personnelles".

"Dans le respect de la présomption d'innocence, cette fonction ne peut servir à se prévaloir d'une immunité quant à des propos calomnieux et ou des actes légalement répréhensibles pour lesquels des enquêtes judiciaires sont toujours en cours", relève le Sypol.

"Les propos tenus par les représentants du SLFP sont pétris de malhonnêteté intellectuelle servant à assurer une défense personnelle au travers d'une attaque ciblée", ajoutent-ils.

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.