Emouvante histoire à Welkenraedt, Sébastien recherche son chien Terry depuis… 13 mois !

Sébastien Dohogne recherche son lévrier espagnol (galgo) depuis plus d’un an ! Son chien a encore été vu à Gemmenich en mai.

Pierre LEJEUNE
 Sébastien Dohogne le jour où il a reçu Terry, en mars 2021.
Sébastien Dohogne le jour où il a reçu Terry, en mars 2021. ©- 

Trois semaines de cohabitation, treize mois d’une recherche inouïe, extraordinaire, presque insensée. Sébastien Dohogne n’abandonnera jamais: il veut retrouver Terry.

"C’est un chien que j’ai eu via l’Espagne, un lévrier galgo. C’était un chien errant, mais ça, on ne me l’avait pas dit lors de l’adoption. On m’a menti sur son âge, aussi, en me disant qu’il avait 4 ans et non 8 ans. Aujourd’hui, il en a 9…"

Pas une première…

Sébastien a entamé la procédure d’adoption de Terry pour combler la perte d’un chien décédé à 17,5 ans, un chien espagnol aveugle recueilli en 2007. "Mon autre chien dépérissait lorsqu’Olivier est mort, donc j’ai adopté Terry. Depuis la fugue de Terry, j’ai réadopté un lévrier russe car mon autre chien dépérissait à nouveau (donc j’ai trois chiens dont un dans la nature…)." Car Terry n’aura cohabité à Henri-Chapelle que trois semaines. "J’ai eu Terry en mars 2021. Et il est parti à 5h le 22 mai 2021. Il a ouvert la porte de l’arrière et a trouvé un espace dans le grillage de la cour. Je suis allé voir dans Henri-Chapelle, puis j’ai compris à 8h qu’il fallait réagir. J’ai mis des annonces et on a commencé à coller des affichettes. On en a collé plus de 6000 et je viens d’en refaire 500!"

Le hic, c’est que Terry est un expert de la fugue, chose qu’ignorait son maître. "Mais moi je suis devenu un expert dans la recherche des chiens, même si je n’ai pas encore réussi à l’attraper (il est très, très malin, ça m’a été confirmé par des vétérinaires et des comportementalistes qui n’ont jamais vu ça). Terry avait déjà fugué en Espagne… et ils ont mis deux ans à l’attraper! Ici, Terry est allé jusqu’à Bastogne, Verdun, Marche-en-Famenne, Bouillon, Seraing, Liège, le Luxembourg, les frontières allemandes et hollandaises…" Et Sébastien en est certain: il s’agissait à chaque fois de Terry.

«On m’a fait venir pour un teckel»

"Tout cela m’a déjà coûté énormément d’argent. J’ai investi dans des cages (je mets du poulet rôti dedans, mais il se contente de tourner autour de la cage), dans des caméras, on a fait voler des drones, acheté des pastilles pour l’endormir… Je publie aussi sur Facebook, pour que tout le monde le reconnaisse et que les gens ne l’oublient pas. Quand on l’aperçoit, on me téléphone et je vais voir sur place. J’ai de temps en temps des photos, une vidéo… Maintenant, j’ai appris à me renseigner et à chercher avant de me déplacer. Car j’ai attrapé d’autres chiens… J’ai parfois fait 200 km pour tomber sur un teckel."

Course-poursuite avec la police sur l’autoroute…

Aux premiers jours de sa fugue, Terry empruntait les grands axes, de jour. Désormais, il privilégie les champs, le RAVeL (Sébastien a d’ailleurs dormi le long d’un RAVeL) et la nuit. Terry a même été… coursé par la police. "On a essayé des flèches pour l’endormir, mais elles mettent vingt minutes à agir… Terry peut partir à des kilomètres durant ce temps. C’est un lévrier, ça va vite et loin. En juin 2021, la police des autoroutes a fermé le tronçon entre Battice et Eupen pour poursuivre Terry. Le chien était à 73 km/h, l’officier n’avait jamais vu ça. La police locale a essayé de l’attraper à Andrimont, les militaires de Marche-en-Famenne ont essayé aussi… En vain. En France, ils ont tenté les chiens pisteurs et les filets araignées, mais nous n’avons jamais réussi à l’avoir."

Tentative d’extorsion

Le Welkenraedtois a "tout eu" avec cette histoire. "Des Espagnols sont venus pour le rechercher, j’ai eu des menaces, une demande de caution de 5000 €… Mais je ne vais pas m’arrêter, c’est dans mon caractère. Je ne saurais pas l’abandonner, même s’il est peut-être très bien comme il est. Pour moi, il n’est pas en sécurité, je n’ai pas envie de le retrouver au bord d’une route. Mais même là, j’irai le chercher pour l’enterrer. Avant de l’avoir, il y a eu toute la démarche d’adoption, et cette recherche me donne encore plus d’amour pour lui. D’après les comportementalistes, il aura à un moment un déclic et se laissera approcher. Il doit savoir que je le recherche, le sentir."

Et si Sébastien Dohogne récupère Terry, il lui faudra encore trouver une solution pour lui laisser une marge de liberté. "Je ne vais pas le laisser entre quatre murs. Il faudra trouver un moyen pour lui laisser une forme de liberté, via l’éducation ou autre. Il y aura un travail conséquent à faire, la bataille continuera" , conclut-il, plus attaché que jamais à son chien.

Si vous voyez Terry, contactez Sébastien Dohogne au 0471/289286.