Il avait menacé de faire sauter sa maison à Ensival: "Quand je buvais, je n’étais plus moi-même"

Le Verviétois né en 1964 était entendu ce vendredi par le tribunal correctionnel de Verviers.

Belga
 L’homme s’était retranché dans sa maison de la rue Entre-les-Ponts.
L’homme s’était retranché dans sa maison de la rue Entre-les-Ponts. ©Caroline BEAUVOIS 

Jean C., un Verviétois né en 1964, a comparu vendredi devant le tribunal correctionnel de Verviers qui lui reproche notamment un fort chabrol commis le 27 juin 2020 à Ensival, sur le territoire de la commune de Verviers. Ce jour-là, le quinquagénaire retranché dans son domicile de la rue Entre-les-Ponts avait menacé de faire exploser sa maison.

Devant le tribunal, l’homme a expliqué ne pas se souvenir des faits. "J’avais beaucoup bu. Je dormais et lorsque les forces spéciales sont intervenues, je me suis levé pour voir ce qu’il se passait." Il a reconnu "un comportement stupide". "Mais quand je buvais, je n’étais plus moi-même", a-t-il ajouté.

Une version confirmée par différents témoins et personnes auditionnées qui parlent d’un homme "charmant lorsqu’il n’a pas bu". Quand il est sous influence de la boisson par contre, ils font état de comportements déplacés, de menaces et d’insultes.

Dans ce dossier, l’homme est d’ailleurs aussi poursuivi pour avoir menacé son fils avec deux couteaux ou encore pour harcèlement sur son épouse. Des armes prohibées avaient aussi été retrouvées au domicile du prévenu qui en a fait abandon volontaire.

Un fait d’exhibitionnisme lui est aussi reproché à l’encontre de sa belle-fille, en présence d’un enfant de quelques mois.

Pour ces préventions, le ministère public a réclamé une peine totale de 40 mois de prison, sans toutefois s’opposer à un sursis probatoire.

L’avocat de la défense, qui reconnaît le "comportement stupide" du prévenu, plaide en faveur d’une peine de sursis, estimant que le quinquagénaire n’avait pas l’intention de faire sauter sa maison. Il assure qu’il n’y a plus de problème depuis que son client est abstinent.

Jugement le 20 janvier.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...