Le restaurant Au Vieux Cerexhe ne rouvrira pas dans la rue Jules Cerexhe… mais où?

La 9e inondation qu’il subit depuis qu’il a ouvert Au Vieux Cerexhe en 1999, après avoir tenu Chez Didier (à l’époque à Ensival), aura été celle de trop car elle a aussi été d’une ampleur jamais connue. Thierry Sereikidis cherche dès lors un nouveau lieu où déménager son restaurant. «Je cherche un peu partout, dit-il. Le plus important est de rester dans la région verviétoise, prioritairement à Verviers (mais ça pourrait être dans les environs), voire en centre-ville.»

F.D.
Le restaurant Au Vieux Cerexhe ne rouvrira pas dans la rue Jules Cerexhe… mais où?
Le restaurant Au Vieux Cerexhe n’aura pas survécuaux inondations de la mi-juillet.

Retaper son restaurant, dans un bâtiment dont il n'est pas propriétaire mais locataire (c'est l'ancien Spyrou et Spirou), «j'y ai cru. Longtemps. Mais à force de déblayer, d'arracher du plafonnage et des planches à gauche et à droite, il faut se rendre compte que c'est le genre de maison, qui a plus de 300 ans, avec des planchers partout, pour laquelle il faudra beaucoup de temps pour s'en remettre. Moi et mon équipe, on a envie de retravailler le plus vite possible».

Thierry Sereikidis reconnaît aussi un traumatisme suite aux inondations de la mi-juillet: «Lors des 8 inondations (au moins) que j'ai connues auparavant, l'eau n'était montée que dans les caves, sur quelques dizaines de centimètres. Cette fois, j'ai mis en route les pompes à eau, comme d'habitude, pensant que ça irait le lendemain. Puis, à 4 heures du matin, j'ai reçu un coup de fil et j'ai regardé, avec ma femme, depuis notre chambre, les images des caméras de vidéosurveillance. Nous avons assisté en direct à la catastrophe, jusqu'à ce que les caméras se coupent en même temps que l'électricité. J'aurais vraiment dur de revenir dans la rue…»