Poursuivi pour attouchements et viols sur sa fille

Un Disonais de 43 ans se présentait ce vendredi devant le tribunal correctionnel de Verviers. Le parquet a requis 4 ans de prison.

Belga
Poursuivi pour attouchements et viols sur sa fille
©ÉdA – 202499617698

Le parquet de Verviers a requis, vendredi, devant le tribunal correctionnel, une peine de quatre ans de prison à l’encontre d’un Disonais de 43 ans poursuivi pour attouchements et viols sur sa fille entre 2007 et 2015. Le quadragénaire nie tout fait de mœurs surson enfant.

Les faits ont été révélés dans le courant de l’année 2016 par la victime, alors âgée de 15 ans, à son petit copain de l’époque. Elle a expliqué que son père n’avait pas hésité à abuser d’elle alors qu’elle n’avait que six ans. À l’époque, il la caressait sur le corps puis, à partir de ses 10 ans, il l’a violée par intromission digitale. Les faits se déroulaient à la maison, chez la sœur du prévenu et enfin dans la nouvelle habitation familiale lorsque le prévenu mettait sa fille au lit.

La victime a expliqué aux enquêteurs qu’il était très difficile d’en parler d’autant que ses parents étaient séparés. Elle s’automutilait même afin d’attirer l’attention et forcer son père à ouvrir le débat par un questionnement sur son comportement.

Le discours tenu par l’adolescente envers les différentes personnes auxquelles elle s’est confiée est constant, estime le parquet, qui relève la haute probabilité de crédibilité soulignée par l’expert psychologue. Le parquet s’appuie également sur le rapport médico-légal qui décrit un hymen partiellement défloré «correspondant à des intromissions digitales répétées dans le temps», explique le médecin légiste, corroborant ainsi les dires de la victime.

Malgré ce faisceau grave, précis et concordant, le prévenu nie avec force les faits et réclame son acquittement. Me Masset a relevé plusieurs incohérences qui conduisent à considérer ces accusations «comme des mensonges».

Le jugement sera prononcé le 2 mars.