Six ans pour trafic de cannabis?

Le 16 mai 2017, la police découvrait à Theux 380 kg de cannabis en train de sécher. L’affaire en rejoint une autre à Liège: 14 suspects sont impliqués.

Belga
Six ans pour trafic de cannabis?

Le parquet de Verviers a requis mardi devant le tribunal correctionnel une peine de six ans de prison à l’encontre d’un Sérésien de 37 ans poursuivi comme dirigeant d’une association active dans la culture de cannabis. Treize autres prévenus, poursuivis à des degrés divers au sein de cette organisation qui gérait cinq plantations, risquent entre 10 et 42 mois de prison.

En décembre 2016, la police est avertie qu’une plantation de cannabis a été installée dans un immeuble de l’Avenue Albert 1er à Grivegnée (Liège). Lors de leurs investigations, basées sur des écoutes, observations et moyens techniques, les enquêteurs confirment la présence de cette plantation et identifient une série de personnes dont Abderhaman E.G., un Sérésien de 37 ans sans revenu, qu’ils désignent comme l’organisateur de cette plantation.

Les enquêteurs déterminent aussi, grâce aux allées et venues avenue Albert Ier, l’existence d’une seconde plantation au sein des anciens établissements Lentzen, toujours à Grivegnée, mise en place par la même organisation.

Les écoutes et observations, qui se concentreront sur leur principale cible permettront aussi de mettre au jour une autre plantation à Ougrée (Seraing) au sein d’une habitation pour laquelle la somme de 10 000 euros avait été déboursée.

Son propriétaire reconnaîtra avoir été approché par «des gens» qu’il ne souhaite pas dénoncer, par peur de représailles, afin de les aider à mettre en place une autre plantation à Theux, où il sera interpellé à la mi-mai 2017.

Dans cette habitation, les enquêteurs découvriront une série d’indices permettant de relier plusieurs des quatorze prévenus avec les différentes plantations du dossier mais aussi quelque 380 kg de plants séchés soit 43,75 kg de stupéfiant à écouler sur le marché, pour une valeur marchande estimée à 175 000 euros.

L’enquête mettra enfin au jour un cinquième lieu de récolte sur le territoire de Flémalle.

Le parquet a requis une peine de six ans de prison ferme à l’encontre du principal prévenu, considéré comme le dirigeant de l’association, ainsi qu’une confiscation par équivalent de 200 000 euros. Bien qu’il nie toute implication, son GSM a activé des bornes à proximité de chaque site de récolte. Les observations policières ont également corroboré la téléphonie. Des témoins ou des images de caméras de surveillance ont également confondu le Sérésien.

«Des prévenus ne veulent pas parler, ils ont peur pour leur famille», a admis lors de son réquisitoire l'avocate générale. Celle-ci a rappelé que, lors d'écoutes, Abderhaman E.G. avait expliqué à son interlocuteur avoir usé de violence envers deux personnes afin qu'elles comprennent bien le message.

Quatre autres prévenus, qui ont fourni des véhicules ou se sont occupés de gérer les plantations risquent entre 30 et 42 mois de prison. Les propriétaires et locataires des immeubles ainsi que d’autres petites mains risquent entre 10 et 15 mois de prison.

Les plaidoiries ont été fixées au 13 février.

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.