« Un squatteur en rage de ne plus avoir de toit »

Pour rappel, selon le bourgmestre Claude Desama, la police privilégie la piste d’un SDF squatteur de bâtiments inoccupés (voir L’Avenir Verviers de ce lundi 27 août).

Fr. D.

Dans le même registre, un ouvrier communal nous apporte son témoignage: «Mes collègues et moi, depuis quelques années, nous sommes appelés à intervenir pour sécuriser les maisons rue Spintay, rue de Heusy, rue du Tribunal; et, 90% des cas, c'était toujours la même personne (squatteur) que nous retrouvions. Dernièrement, j'ai eu l'occasion de croiser cette personne, elle était en " rage " parce qu'elle n'avait plus de lieu pour se réfugier, étant donné la démolition des maisons pour les travaux en cours.»

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...