« On revendique un droit à l’alphabétisation pour tous »

Daniel Richard (secrétaire régional FGTB), Paul Blanjean (secrétaire fédéral MOC) et Jacques Destordeur (directeur Lire & Écrire) en ont assez : 76 % du budget que Lire et Écrire reçoit pour son action de formation est destiné à des demandeurs d’emploi. Cette origine budgétaire laisse sur le carreau ceux qui désirent un accès à l’alphabétisation pour d’autres motifs que l’insertion professionnelle. « Il ne faudrait pas que demain, un public soit exclu par un mode de financement », lance d’emblée Paul Blanjean, « d’autres motivations peuvent amener les gens à pousser nos portes. » Il poursuit : « Que l’on soit un des chaînons de l’emploi est une chose mais on risque d’en arriver à ce que l’alphabétisation devienne une fin et non un outil. L’objectif est clair : être citoyen ! »

P.L.
« On revendique un droit à l’alphabétisation pour tous »
lire et ecrire ©ÉdA – 10590074889

Daniel Richard prend alors le relais: « Nous sommes face à un vrai problème de démocratie. Parfois, des gens sous la menace de la perte de leurs droits sont obligés de venir ici. On fait jouer aux intervenants de Lire et Écrire un rôle qui n'est pas le leur. Nous nous érigeons face à l'utilitarisme pour l'emploi car la question de lire et écrire dépasse l'emploi: c'est une question de citoyenneté. »