François Corman marque des premiers points en mondial

Le Verviétois François Corman, originaire de Bolland, a découvert le mondial de supermoto en Sardaigne, de quoi décupler son envie d’y revenir.

JEAN-MARC HARDY
 François Corman a vécu sa première expérience à ce niveau.
François Corman a vécu sa première expérience à ce niveau. ©

Après Nils Vandeberg, c’est un autre jeune pilote verviétois qui a découvert le championnat du monde supermoto à l’occasion de la deuxième manche disputée en Sardaigne. Une grande première pour François Corman qui a pourtant connu quelques péripéties bien avant ses premiers tours de roues sur l’île italienne.

"La remorque qui amenait notamment ma moto a été endommagée en rejoignant la Sardaigne, je n’ai donc pas pu participer aux premiers essais du vendredi car il y avait un peu de travail sur ma Honda pour la remettre en état. Heureusement, l’équipe Gazza pour laquelle je roule a pu me fournir les pièces et plusieurs personnes m’ont apporté leur aide. Ce fut d’autant plus compliqué pour moi que la pluie était au rendez-vous, obligeant les organisateurs à supprimer la partie terre qui me convenait le mieux et ne conserver que le tracé asphalte."

Avec une découverte plus que limitée pour ses débuts en mondial, François Corman avait logiquement quelques appréhensions au moment de prendre son premier départ où il ne fut guère chanceux.

"Accroché, je suis tombé. Lors des deux autres manches disputées le lendemain, je n’ai pas osé prendre de risque, mais en adoptant un bon rythme j’ai terminé respectivement dix-huitième et dix-septième, marquant mes premiers points en mondial."

Une première expérience que le Verviétois ne devrait pourtant pas pouvoir rééditer cette saison. "Disputer une manche du championnat du monde demande un budget important, rien que l’engagement est de sept cents euros auxquels il fait ajouter tous les autres frais. Et pourtant c’est là qu’il faut rouler pour pouvoir évoluer et progresser. Cette année, je vais donc me concentrer sur le championnat de Belgique et quelques courses à l’étranger, pas trop loin de chez moi. Je serais en Allemagne dans dix jours, puis je disputerais encore deux épreuves en France. Mon objectif est de pouvoir être présent à plusieurs manches du championnat du monde la saison prochaine, même si c’est compliqué car je travaille toute la semaine et je n’ai pas beaucoup de temps pour m’entrainer. En plus de trouver les budgets, c’est cela qui forge le caractère et décuple mon envie d’y parvenir."

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...