5-0 ! Genk et l’arbitre Boucaut sans pitié envers un très faible Eupen

C’est bien simple: Eupen, plus vraiment concerné, a été corrigé par Genk ce dimanche soir.

David Liz
 Soirée compliquée pour Heris (en blanc) ce dimanche à Genk.
Soirée compliquée pour Heris (en blanc) ce dimanche à Genk. ©Photo News 

Arbitre: M.Boucaut

Cartes rouges:/

Cartes jaunes: Sadick, Preciado; Valkanis, Jeggo.

Buts: Onuachu sur pen. (1-0, 11e), Onuachu sur pen. (2-0, 45e+2), Ito (3-0, 46e), Heynen (4-0, 68e), Onuachu (5-0, 80e).

GENK: Vandervoort; Preciado, Sadick, McKenzie, Juklerod; Ouattara, Heynen (81e Tresor); Ito (81e Kelvin), Hrosovsky, Oyen (71e Paintsil); Onuachu (81e Nemeth).

EUPEN: Nurudeen; Heris, Agbadou, Lambert; Beck, Magnée, Jeggo (69e Déom), Peeters, Alloh (46e Cools); Nuhu (81e Ndri), Prevljak (81e Müsel).

Sans pression car assurés de leur maintien depuis samedi (et heureusement), les Eupenois étaient peut-être un peu trop détendus, ce dimanche soir. Les Limbourgeois, qui veulent assurer leur 8eplace (et leur ticket pour les Europe play-offs), ont proposé un football plus tranchant et corrigé leurs invités. « Peu importe qu’Eupen soit sauvé et sans pression pour ce match, on vise le 6/6 en cette fin de phase classique »avait prévenu le coach genkois Bernd Storck.

Un message entendu par ses troupes. Après dix minutes seulement, une belle combinaison dans la surface permettait à Junya Ito de s’infiltrer. Son crochet, suivi d’une intervention de Jonathan Heris et d’une chute pleine de bonne volonté du Japonais, amenait le premier penalty du match, converti par l’inévitable Paul Onuachu (1-0, 11e).

Eupen réagissait timidement, via un centre de Beck vers Nuhu (30e), ou sur une volée manquée de Prevljak (39e). Mais juste avant la pause, sur un ballon aérien, Jonathan Heris touchait à peine Hrosovsky qui s’écroulait dans le rectangle. Là aussi, l’arbitre Alexandre Boucaut désignait le point de penalty sans consulter les images. Très léger, ce nouveau penalty était lui aussi converti par le géant Onuachu.

Le suspense prenait congé de la Cegeka Arena dès la 46e, sur un centre d’Oyen repris par Ito, qui surgissait dans le dos de Lambert (3-0). Heynen (4-0) et Onuachu (5-0) salaient ensuite l’addition et transformaient la soirée en douloureuse "manita".

En manque total d’inspiration et de créativité, Eupen demeure toutefois sauvé, et c’est ce que les supporters voudront retenir de ce week-end. Mais il faudra montrer autre chose contre Ostende, histoire de terminer sur une meilleure note.