Sauvé, « Eupen ne doit plus gagner, mais on veut gagner! » assure Michael Valkanis

Soulagement du côté d’Eupen, qui prolonge son bail en D1A. Les Pandas veulent désormais terminer la phase classique sans pression.

David Liz
 L’entraîneur d’Eupen Michael Valkanis, ce dimanche soir à Genk.
L’entraîneur d’Eupen Michael Valkanis, ce dimanche soir à Genk. ©Photo News

C’est officiel depuis samedi soir et le partage 2-2 de Seraing à Ostende: Eupen ne peut plus être rattrapé par les barragistes sérésiens et prolonge donc son bail en Pro League. Un soulagement pour les Pandas qui n’ont pas dû attendre leur match de ce dimanche soir à Genk pour enfin respirer. L’AS prendra donc part à sa huitième saison en D1A, la 7ede rang, durant l’exercice 2022-2023.

Il aura toutefois fallu patienter jusqu’à l’avant-dernière journée de phase classique pour acter ce maintien. Surprenant, quand on se souvient qu’Eupen a signé une superbe entame de championnat qui lui avait même permis d’être leader du championnat à la mi-octobre. La suite, on le sait, a vu l’Alliance dégringoler et enchaîner les mauvais résultats, amenant au limogeage de Stefan Krämer et à la nomination de Michael Valkanis comme T1 d’Eupen en février dernier.

« On en a parlé pendant la semaine: indépendamment du résultat de Seraing, on devait se préparer à 100% nos dernières rencontres » dixit le coach eupenois. « Désormais, le feeling est différent. On n’a plus cette pression de “devoir” absolument gagner, mais nous sommes footballeurs et j’insiste: on veut gagner.Je veux voir mon équipe jouer sans pression et prendre du plaisir. Ce genre de match, ce sont de belles opportunités »lâchait encore le Greco-Australien avant la rencontre de ce dimanche dans le Limbourg.

Face à Ostende samedi?

À noter que le dernier match de championnat de l’ASEupen, initialement prévu dimanche face à Ostende, devrait être avancé à samedi soir. Les Germanophones et les Côtiers n’ont plus rien à jouer en cette clôture de phase classique. Et au Kehrweg, on aimerait ponctuer la saison un samedi, jour préféré des supporters frontaliers.