Le Coq d’or, réputée brasserie wegnolaise

La brasserie de Wegnez a œuvré pendant près d’un siècle, sous trois appellations et propriétaires.

Fr. D.
Le Coq d’or, réputée brasserie wegnolaise
La bière sous la dénomination «Abbaye de Thélème» est sortie en 1953. ©© ÉdA LABEYE Philippe

Le Coq d’or fut une des principales brasseries de la région verviétoise. Elle était installée au bas de la rue Émile Vandervelde, dans le quartier de Wegnez-Croix-Rouge. D’où d’ailleurs sa première dénomination de Brasserie de Croix-Rouge quand elle a été créée, en 1887, par Jules Couvreur.

À l’époque et encore pendant des décennies, il n’était pas question de groupes brassicoles d’envergure mondiale monopolisant le marché. C’était le règne des produits locaux, acheminés sur des charrettes tirées à la force humaine ou équine. Plusieurs brasseries du coin approvisionnaient les nombreux estaminets de Verviers et environs, ainsi que les particuliers, en porte-à-porte. Dans le bassin industriel verviétois, il y eut ainsi: la brasserie de Longchamps (de 1874 à 1938); la brasserie Magnée, établie sur la place Général Jacques (de 1889 à 1928, quand elle n’est plus devenue qu’un dépôt); celle du Pont-Léopold (entreprise Garot & Fils, de 1868 à 1949); ou encore, à Petit-Rechain, la brasserie Hannotte-Dewez (1898-1925).

Mais c’est donc au bas du village de Wegnez, qui était une commune à part entière avant sa fusion avec Pepinster en 1977, qu’on aura brassé de la bière le plus longtemps. Surtout de la pils, sous le nom de Pilsen sous l’ère du fondateur et donc sous l’étiquette de Brasserie de Croix-Rouge.

L’entreprise a changé une première fois de mains en 1937, quand elle a été rachetée par Paul Van Der Schueren. Issu d’une famille de brasseurs alostois, celui-ci a changé la dénomination de la société en Coq d’or, qui sera désormais présentée, probablement pour des raisons de notoriété publicitaire, comme Brasserie de Verviers.

Le Coq d’or restera dans le giron de la famille Van Der Schueren jusqu’en 1976, Paul ayant entre-temps passé le flambeau à son fils Roger. Les activités se développèrent, malgré la Seconde Guerre mondiale, lors de laquelle un bombardier américain B17 s’est écrasé sur la brasserie, le 17 août 1943, victime de la défense antiaérienne allemande. De nombreuses bières différentes, blondes comme brunes, y ont été brassées et dont les noms rappelleront des souvenirs à nos lecteurs contemporains de cette époque: toujours la Pilsen mais aussi la Cox, l’Export, la Dublor, la Triplor, la Bourgeoise, la Saison, la B.B. (une bière brune de table, qui sera aussi déclinée avec du miel), l’Abbaye de Thélème (à partir de 1953) qui sera aussi déclinée en Super Thélème, comme les bouteilles mises en vente actuellement sur Internet.

On embouteillera aussi, à Wegnez (parfois présenté dans des documents d’époque sous l’appellation «Wegnez-lez-Verviers»), des productions lointaines, comme les pale-ales et stouts Mac Goire’s.

Le Coq d’or sortira la Skoll, en 1960. La brasserie wegnolaise changera ensuite une dernière fois de propriétaires, avec le rachat, en 1976, par un groupe étranger, anglo-néerlandais, qui la rebaptisera Brasserie Skol (avec un seul «l») puis la fermera en 1984, près d’un siècle après sa création.

Le site industriel de la rue Émile Vandervelde a par la suite été assaini, certains bâtiments étant conservés, avant d’être investi par l’entreprise Coppens (pose puis aussi fabrication de portes et châssis de fenêtre), laquelle s’y trouve toujours, après avoir elle-même été rachetée en 2005 par Eurofenster PRO.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...