Des aides pour les Olnois sinistrés ou sans gaz

Les inondations se sont invitées à la table du conseil ce lundi. Un point abordait notamment les futures aides pour le relogement.

J.W.
Des aides pour les Olnois sinistrés ou sans gaz
Une centaine de logements est toujours sans gaz. ©Photo News – photo prétexte

1. Des aides suite aux inondations La commune d'Olne a, elle aussi, été impactée par les intempéries de juillet dernier. Si les dégâts ne sont pas aussi importants qu'à Pepinster ou Trooz, il est tout de même nécessaire de mettre des choses en place pour aider les citoyens qui ont été touchés. En ce sens, Olne a reçu 500 000€ de subventions de la Région wallonne dans le cadre du relogement. «Pour pouvoir les dépenser, nous devons pouvoir créer des articles budgétaires d'urgence», explique le bourgmestre Cédric Halin (Pour Olne). Une démarche qui devait passer par le conseil communal. «Il y a 120 000€ qui vont être consacrés pour l'acquisition de bâtiment. La Commune va faire une offre pour un bâtiment en vente dans le village. Si elle est acceptée, nous pourrons mettre les lieux à disposition des personnes qui en ont besoin. Un crédit de 100 000€ a également été mis en place pour être transféré au CPAS, en matière de relogement, pour qu'il puisse rapidement trouver des dispositions.» D'autres dépenses pourront être envisagées l'année prochaine. Le relogement est un enjeu, certes, mais pas autant que l'approvisionnement en gaz. «Olne, comme Nessonvaux est enclavé entre Verviers et Liège et nous serons sans doute les derniers à récupérer le gaz. Aujourd'hui, on m'annonce au plus tôt janvier.» Au total, il y a une centaine de logements, en grande partie non sinistrés, qui se retrouvent sans moyen de chauffage. «Sur l'ensemble des maisons sinistrées, pas plus de 19 étaient raccordées au gaz, précise Cédric Halin. Nous allons donc devoir trouver des solutions pour les mois qui viennent». Il est envisagé d'octroyer une aide financière sur des appareils de chauffage déjà achetés par les citoyens. «Mais cela devra être décidé par le CPAS».