Le presbytère de la discorde en justice !

Qui est propriétaire du presbytère? Olne ou l’Évêché? La Justice devra trancher ce conflit qui pourrait causer la fin de la halte garderie!

Jean-Louis rensonnet
Le presbytère de la discorde en justice !

À qui appartient le presbytère en face de l'église d'Olne? On devrait le savoir le 2 juin 2014. C'est en effet ce jour-là que le tribunal de Première Instance de Verviers entendra les plaidoiries des avocats de la Commune et du Conseil de la fabrique d'église, cette dernière s'étant obligée de passer à la citation en Justice pour résoudre un bras de fer entre la Commune et l'Évêché! Mais diable, comment a-t-on pu en arriver là? Accrochez-vous, les versions divergent, on ne se fait guère de pardons, et pour sûr, tout n'est pas parole d'Évangiles… Mais comment est-on arrivé à ce «clochemerle» du 21e siècle. Remontons quelque peu le temps… «Lors d'une rencontre à l'Administration communale, le Vicaire épiscopal en charge des affaires canoniques et juridiques, Raphaël Collinet, a revendiqué le premier la propriété du bâtiment et on a dû prendre un avocat» explique le président du CPAS, Francis Elias (RAB). «Avocat qui nous a dit que sur base d'un arrêt de la cour de cassation de 1885, le bâtiment appartenait à l'administration communale. Or Raphaël Collinet prétendait que, comme le prêtre desservant la paroisse en 1793 avait prêté serment de haine à la Royauté, la République, à l'époque française, lui avait laissé la propriété du presbytère comme à tous les prêtres ayant prêté ce serment… Pour l'avocat de la Commune, la Belgique étant venue après, c'est la dernière mesure de droit qui compte, le presbytère appartient bien à Olne!» Chacun restant fidèle à ses positions, les solutions à l'amiable que chacun dit avoir avancé n'étant pas suivies de réactivité, la Justice a été mandatée et suit son cours. Résultat, au vu de l'assignation de la Fabrique d'église pour obtenir la propriété du bâtiment, Olne s'est sentie obligée de prendre des précautions… « La citation nous mettant en demeure de quitter dans le mois sous peine de 1000€ d'amende par semaine de retard, on vient d'être obligé de remettre un préavis conservatoire (pour juillet) au personnel de la 'Halte Garderie'qui est installée au rez-de-chaussée car si nous n'obtenons pas gain de cause, il faudra la fermer… La présidente de la FE, Marie-Paule Darimont, qui est aussi conseillère de l'opposition (Olne Demain) a beau nous dire que si elle gagne son procès elle ne fera jamais fermer la garderie, elle s'est toujours refusée à nous fournir un document stipulant qu'il n'y aurait ni expulsion forcée, ni astreinte…» Ultime précision de Francis Elias, «on était d'accord pour la procédure de comparution volontaire, ça aurait coûté moins cher, Olne a déjà reçu une facture d'avocat de 4 500€… ça va leur coûter cher aussi en avocat, alors qu'on devrait avoir un intérêt commun tous ensemble autour de la table du conseil!»