Le mois décisif de l'Élan Dalhem

Le mentor de l'Élan Dalhem Christian Collard était tout souriant en apprenant la défaite d'Olne. Mais il sait que tout se jouera lors des semaines à venir.

Fatos ZEJNULLAHU

Christian Collard, vous venez de remporter une victoire difficile mais importante face à Pepinster...J'avais très peur de ce déplacement et, au vu du match, je peux dire que ma crainte était justifiée. Les Pepins nous ont posé pas mal de soucis en début de match mais on a réussi à prendre progressivement le dessus après le premier quart d'heure. Notre avantage par rapport à notre adversaire, c'est qu'on marque facilement. On n'a pas besoin de cinquante occasions pour en mettre une au fond.Vous venez d'apprendre la défaite d'Olne, votre concurrent direct pour le titre. Que vous inspire-t-elle ?Je constate qu'on a fait la toute grosse opération du week-end mais il nous reste encore sept matchs à jouer, soit 21 points à prendre, ce qui est énorme. Et le calendrier ne nous est pas nécessairement favorable puisqu'on doit encore affronter Warsage, Cornesse, Rechain et Houtain. Il faudra être au top lors des quatre matchs à venir pour espérer garder cette première place. C'est un mois décisif qui se présente devant nousMais avez désormais un joker...Je ne veux pas parler de joker car l'année dernière j'en avais parlé et ça avait porté malheur. On a certes un point d'avance sur Olne et un match de plus à jouer mais je veux tout gagner. On est invaincu depuis quatorze matchs et on va tenter de garder ce rythme jusqu'à la fin. Même si Arlette, notre trésorière, tire un peu la tête (rires).Qu'est ce qui fera la différence avec les Olnois ?J'ai un noyau très large et, actuellement, pratiquement tout mon groupe est disponible. Vous avez vu mon banc ? Debbruche, Cremasco, Dubail, Vinche... ce sont tous des titulaires indiscutables dans les autres équipes de la P3. Quand je fais des changements, mon équipe est presque plus forte que celle qui a débuté. J'ai beaucoup de respect pour Colne mais je crois honnêtement que nous sommes un peu plus mûrs et cela pourrait s'avérer déterminant.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.