Les Charneutois ont-ils raté le coche ?

Après un match plein, Charneux peut s'en mordre les doigts d'avoir laissé filer trois points qui pourtant lui tendaient les bras.

Fatos ZEJNULLAHU

Après avoir battu Olne une semaine plus tôt, Charneux a failli rééditer le même exploit face à l'Élan Dalhem, l'autre favori au sacre final. Certes, le début du match n'était pas idéal pour les gars de Michaël Fors, dominés dans tous les compartiments du jeu, mais ils ont su renverser la vapeur en moins d'un quart d'heure avec trois buts qui auraient dû leur assurer les trois points. « On vient d'obtenir un quatre sur six face aux deux premiers, rappelle justement le mentor charneutois. Il fallait quand même le faire et globalement on ne peut qu'être contents. Cela dit, j'ai un goût de trop peu car lorsqu'on mène 3-1, on doit pouvoir remporter le match. Mais après notre troisième but, l'Élan nous a fait subir une pression énorme en milieu de terrain et on n'a pas bien su gérer notre avantage. » Si une victoire les aurait relancés pour la lutte au titre, les Charneutois n'ont pas perdu tout espoir même si Michaël Fors calme le jeu. « Pour moi, le championnat n'est pas encore terminé même si je ne prétends rien. Il reste encore 27 points à prendre et tout est encore possible quand on sait que dans cette série, tout le monde ou presque peut battre tout le monde. Avec ce résultat, j'espère surtout avoir donné un petit coup de main à Olne. Entre nos amis olnois et l'Élan Dalhem, je préférerais que les premiers triomphent. » Invaincus depuis treize matchs, les Dalhemois poursuivent leur série même s'ils sont passés tout près de la défaite à Charneux. « On a fait preuve de caractère et d'une belle solidarité pour revenir dans la partie. J'estime même qu'on a mieux joué au football que Charneux et que s'il devait y avoir un vainqueur aux points, ce serait nous. Cela dit, je ne peux qu'être content du résultat car il nous permet de les laisser à sept points de nous. » Christian Collard sait que rien n'est joué mais estime que son équipe a écarté de la course un candidat potentiel. Et comme le calendrier et plutôt favorable à son équipe, la confiance est de mise. « Il reste encore neuf journées de championnat mais ce qui est important pour nous, c'est qu'on ne doit plus jouer contre les quatre premiers. »

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.