VIDÉO | « Partager, ça rend potes » : Couleur Café renverse les clichés

L’association de Malmedy permet à des jeunes primo-arrivants de s’essayer à la solidarité en menant des actions collectives.

Katel Fréson

«Quand j'ai retrouvé "mes filles" après le confinement, elles avaient vraiment le moral dans les chaussettes. Elles nous ont demandé comment être utiles. Elles ont aidé à l'école de devoirs où il manque toujours des bénévoles. Le groupe a commencé alors à réfléchir à des actions très concrètes», explique Ginette Dekeyser, animatrice chez Couleur Café à Malmedy.

L'association aime se définir comme «une maison ouverte, un lieu partagé». Reconnu à la fois comme service de réinsertion sociale, école de devoirs, service d'éducation permanente et initiative locale d'intégration, Couleur Café lutte contre la désaffiliation sociale. «Ici, les publics se croisent et se rencontrent lors de repas communautaires (hors Covid): personnes apprenant le français, enfants de l'école de devoirs, personnes en situation de handicap, personnes ayant des problèmes psychiatriques en réinsertion», précise Hanife Catalkaya, la directrice.

Être des citoyens solidaires pour changer l’estime de soi et des autres à leur égard.

Plusieurs jeunes filles, fraîchement arrivées en Belgique (depuis la Palestine, la Syrie, l’Iran, les Philippines…), souvent les aînées des familles, viennent régulièrement chercher leurs frères et sœurs à l’école de devoirs. C’est en discutant avec Ginette, animatrice très investie avec les jeunes, que le projet «Partager, ça rend potes» s’est concrétisé en mars 2021. Huit jeunes filles et deux garçons âgés de 13 à 17 ans se retrouvent désormais les mercredis après-midi et lors des congés scolaires pour plancher sur des idées concrètes. Dana, Shaddi, Rose, Ahlam, Mayar, Yamen, Mohamed, Laila, Salua ont inventé leur nom de groupe: Delfin (contraction de dauphin et éléphant en arabe) pour marquer la cohésion du collectif.

Des actions au profit des plus démunis

«Nous voulons aider ceux qui en ont besoin», confie Shaddi. Les jeunes filles, très enthousiastes, citent les pistes d'actions en cours: stand sandwich pour des personnes sans-abri, préparation de repas et goûter pour les personnes fragilisées, danse et chorale à la maison de repos, lecture de livres, récolte de vivres et redistribution, participation au grand nettoyage de la commune… «Couleur Café a le souhait de permettre à ces jeunes de mobiliser leurs atouts et ressources, rajoute la directrice, Hanife Catalkaya. En leur proposant d'être des citoyens solidaires, ce projet participe à des changements de leur estime de soi et des autres à leur égard. Nous sommes convaincus de l'impact positif sur ces jeunes souvent porteurs de stigmates et de préjugés. La société a besoin de jeunes qui se sentent utiles même à travers des mini-projets.»

Les jeunes filles rêvent de devenir médecin, policière, architecte, juriste, traductrice… «Ici, j'ai repris confiance en moi, sourit Dana. C'est comme une deuxième maison, une deuxième famille.»

VIDÉO | « Partager, ça rend potes » : Couleur Café renverse les clichés
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...