Lorsque les conseillers sont techniciens

Vente d’un camion, achat d’un tracteur, de deux utilitaires: le conseil a été très technique, mercredi en terre lierneusienne.

Jean-Michel Bodelet
Lorsque les conseillers sont techniciens
cc lierneux ©ÉdA

Minute de silence en mémoire des victimes des attentats de Bruxelles et prestation de serment d'Amélie Laurent (voir par ailleurs) pour entamer le conseil, mercredi. Un conseil qui sera placé sous le signe de la technique. Avec, par moments, des débats de théologiens. Premier dossier analysé, la vente d'un camion. 11 ans au compteur et pour le bourgmestre, Fabrice Léonard, il est «inadapté» et a déjà généré de nombreux frais de réparation. Pour la minorité, notamment André Samray, qui s'abstiendra sur le principe de la vente, il ne faut pas aller trop vite en besogne et le véhicule pourrait encore rendre des services. La majorité ne partage pas cet avis et préfère investir. Premièrement dans un tracteur. On va beaucoup discuter de sa puissance, de ses spécificités, du cahier des charges, chacun y allant de son avis. La volonté du collège, pour éviter un éventuel grief de saucissonnage de marché prévoit son outillage, même si tout n'est pas encore tranché, notamment entre une benne ou un porte-conteneurs. «Achetez du matériel qui convient», lance André Samray, repris par le mayeur: «Nous sommes grands assez pour ne pas acheter une remorque de jouet.»