"J’étais pressé, je devais absolument aller acheter des cigarettes", se défend le chauffard qui a fauché mortellement un motard à Surister

Le 7 août dernier, un motard de 36 ans perdait la vie, fauché par un conducteur en fuite. Sa défense ne tient pas la route pour le ministère public.

La rédaction avec Belga
"J’étais pressé, je devais absolument aller acheter des cigarettes", se défend le chauffard qui a fauché mortellement un motard à Surister
©- EDA Romain Rixhon

Le tribunal correctionnel de Verviers s’est penché mardi sur un accident mortel survenu le 7 août 2022 à Surister sur le territoire de la commune de Jalhay.

Ce jour-là, la police aperçoit un conducteur qui circule à une vitesse très élevée. Les agents prennent la voiture en chasse mais ils ne parviennent pas à l’intercepter. Ils constatent cependant que le chauffeur quitte régulièrement sa bande de circulation en zigzaguant.

C’est lors de l’un de ces écarts qu’il a mortellement percuté un motard de 36 ans, Fabien Billen, qui circulait en sens inverse. Plutôt que de porter secours à la victime, le chauffard avait pris la fuite, à pied, à travers champs pour se cacher dans un bois où il sera retrouvé 45 minutes plus tard. Les policiers constatent alors une forte odeur d’alcool que le prévenu explique à l’audience: "J’ai bu de la sangria et du vin la veille, j’en ai renversé sur mes vêtements". Quant à sa vitesse excessive, le trentenaire indique: "J’étais pressé, je devais absolument aller acheter des cigarettes".

Deux ans de prison requis

Une ligne de défense qui ne tient pas la route pour le ministère public, d’autant que le prévenu a déjà été condamné à 9 reprises pour des infractions de roulage.

Il réclame donc une peine d’un an de prison pour l’homicide involontaire et un an supplémentaire pour ce qui concerne les infractions de roulage, le délit de fuite, le refus de se soumettre à un test d’alcoolémie, fausse immatriculation.

Le substitut du procureur demande aussi une interdiction de conduire à vie.

Du côté de la défense, on plaide en faveur d’une peine avec sursis probatoire.

Le jugement interviendra dans le courant du mois de janvier.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...