Un Verviétois tente de s’immoler par le feu à Sart

Un trentenaire, originaire de Stembert, a tenté de s’immoler par le feu à Jalhay. Il est grièvement blessé.

Pierre LEJEUNE
 Un Verviétois de 1983 s’est immolé par le feu ce 2 novembre 2022 à Sart. Un lieu qui n’est pas le fruit du hasard…
Un Verviétois de 1983 s’est immolé par le feu ce 2 novembre 2022 à Sart. Un lieu qui n’est pas le fruit du hasard… ©ÉdA – Philippe LABEYE

Intervention dramatique ce mardi soir, sur le coup de 20 h 45, à Sart (Jalhay). Un Verviétois né en 1983, domicilié à Stembert, a tenté de s’immoler par le feu au volant de sa Toyota IQ blanche. Il est grièvement blessé.

Frappé par la mort de sa sœur

Pour comprendre le geste de désespoir commis ce 2 novembre 2022 sur la place du Marché de Sart, devant La Grange, il faut remonter à décembre 2021… Lorsqu’une famille, originaire semble-t-il de la région bruxelloise, fut frappée par un drame. Le corps sans vie de la sœur de la victime de ce mardi soir fut découvert à son domicile de Sart le 22 décembre 2021. L’enquête a conclu à un suicide de la dame de 41 ans, mais son frère cadet (notamment) a toujours réfuté cette thèse. Très actif sur les réseaux sociaux avec de multiples vidéos et publications, le trentenaire qui est contrôleur à la SNCB n’a cessé d’interroger la zone de police Fagnes sur "ce qui est arrivé" à sa sœur le 21 décembre 2021.

Ce mardi, l’homme publiait encore une vidéo chargée de questions, au volant de la voiture dans laquelle il s’est immolé en soirée. Une voiture qui contenait de nombreux prospectus mentionnant "cette recherche de la vérité" sur la mort de sa sœur… Des prospectus retrouvés consumés autour du véhicule à l’arrivée des pompiers de la zone de secours Vesdre – Hoëgne & Plateau.

Aidé par des témoins

"L’homme se serait immolé par le feu dans sa voiture, mais nous en ignorons les raisons, nous explique le major Quentin Grégoire. Lorsque les pompiers sont arrivés, il était déjà hors du véhicule. Des témoins l’ont sorti, ou il est sorti seul. Ces témoins, qui étaient tout près, s’en sont occupés. Ils l’ont pris en charge, ont ôté ses vêtements et commencé à l’éteindre. En cas de brûlure, on fait ce qu’on appelle un cooling: vingt minutes d’eau, à vingt degrés, à vingt centimètres. Ils l’ont refroidi et ont attendu l’ambulance."

L’intervention des pompiers s’est limitée à l’extinction du véhicule en feu. "On a laissé le médical s’occuper de la victime et la police mener son enquête." La victime a été héliportée au centre des brûlés du CHU de Liège tandis que le parquet de Verviers est descendu sur place pour procéder aux devoirs.

Ce mercredi matin, le parquet de Verviers confirme les brûlures extrêmes et l’état préoccupant de la victime. L’homme est né en 1983 et est domicilié à Verviers, sur Stembert comme il le mentionnait encore ce mardi après-midi dans une vidéo publiée sur son compte Facebook, invitant même la police Fagnes à venir le chercher à son domicile. Son état est toujours considéré comme critique, ce mercredi.