Dysfonctionnements au centre de réfugiés: le bourgmestre avait alerté la police

Michel Fransolet, le bourgmestre de Jalhay, avait demandé à être entendu par la police sur la situation au camping Spa d’Or.

S.Re

Logements insalubres, réduction du personnel, manquements au niveau sanitaires, exploitation. C'est le sombre tableau dressé ce lundi dans nos colonnes par le collectif liégeois Migrations Libres pour dénoncer la situation au centre de réfugiés géré par la société privée Svasta au camping Spa d'Or de Jalhay. Une problématique dont était au courant le bourgmestre de Jalhay, Michel Fransolet, «J'ai reçu énormément d'informations sur le centre» depuis son passage de relais des mains de la Croix-Rouge vers la société Svasta. Des informations non contenues dans l'article publié par Migrations Libres et que je ne préfère pas révéler parce que je pense que ce n'est pas mon rôle de le faire.» En tout cas, son rôle, dit-il, a été d'alerter la police en décembre dernier. «Je ne pouvais garder ces informations pour moi. J'ai été entendu par la police le 3 décembre. C'est désormais entre les mains du parquet.» Michel Fransolet se dit très interpellé par la situation à tel point qu'il a contacté le gouverneur de la province, (Hervé Jamar) «pour demander que soit réalisée une mission d'expertise médicale sur place. Il m'a répondu que ce n'était pas de son ressort. C'est interpellant en tant que relais entre le fédéral et la commune qu'une telle mission ne puisse pas être organisée». Lebourgmestre entend, lui, procéder à des vérifications sur place concernant la problématique des logements insalubres.