Un collectif dénonce les conditions de vie des demandeurs d'asile au camping à Spa d'Or, à Sart

Le collectif liégeois Migrations Libres fouille depuis des mois pour prouver que la situation des demandeurs d’asile au camping Spa d’Or (à Sart-Jalhay et passé des mains de la Croix-Rouge à celles de la société privée Svasta) est problématique d’un point de vue des droits humains. Leurs recherches sont publiées ce lundi. Que dévoilent-elles?

Interview : Sarah RENTMEISTER
Un collectif dénonce les conditions de vie des demandeurs d'asile au camping à Spa d'Or, à Sart
Au camping Spa d’Or, des voix s’élèvent pour dénoncer les conditions de vie à travers le collectif «Migrations Libres». ©© ÉdA LABEYE Philippe

Matthieu Larquetoux, vous vous faites le porte-parole du collectif Migrations Libres (lire ci-contre) pour dénoncer une situation problématique au sein du centre pour demandeurs d’asile situé au camping Spa d’Or à Sart-Jalhay et géré depuis octobre par la société privée Svasta, mandatée par Fedasil. (NDLR: en novembre 2019, Fedasil ouvrait un marché public afin que des acteurs privés puissent proposer des projets de structures d’accueil sur l’ensemble du territoire belge). Que se passe-t-il concrètement dans ce centre?