Un réseau cyclable supracommunal pour favoriser la mobilité active

Le GAL Pays de Herve et l’ICEDD ont présenté leur travail de cartographie du réseau cyclable utilitaire du Pays de Herve. Ils lancent également des pistes de solutions d’aménagement pour sécuriser 19 liaisons clefs.

France Fouarge

Ce mercredi, le Groupe d'Action Locale (GAL) et l'Institut de Conseils et d'Études en Développement Durable (ICEDD) ont dévoilé le visage du réseau cyclable supracommunal du Pays de Herve. Des élus locaux des huit communes du GAL étaient présents pour découvrir ce qui doit permettre d'encourager les citoyens à recourir aux modes de déplacements doux pour leurs trajets quotidiens. "Les infrastructures elles existent, le besoin est en réalité de sécuriser les déplacements des cyclistes tout au long de l'année", a rappelé d'entrée Aurélie Remacle, chargée de mission mobilité au GAL. Pour ce faire, dès septembre 2020, le GAL et l'ICEDD ont d'abord dressé un état des lieux des aménagements existants et des pôles générateurs de déplacements (habitats, gares, écoles, zoning…). Et cela avec l'aide des communes, du secteur associatif et du SPW mobilité. Une fois dessinée, cette carte des voies cyclables utilitaires a été soumise à la population lors d'ateliers en ligne (voir notre édition du 10 novembre 2020). "On est parti du réseau existant et on a analysé toute une série de données sur les flux de mobilité (données mobiles, données ONSS, données des déplacements domicile-école de la FWB) afin de voir comment les citoyens se déplacent. Puis on s'est concentré sur les flux qui n'étaient pas encore couverts par les infrastructures existantes ou par des projets en route (comme la Vesdrienne). De là, on a maillé le territoire avec 19 liaisons", résume Aurélie Remacle. Pour choisir comment relier ces pôles des critères tels que la pente, l'infrastructure existante, le coût, le contrôle social ou encore la sécurité ont été privilégiés.