3 ans pour le logisticien d’une association de planteurs de cannabis?

Le parquet général a requis une peine de trois ans de prison contre un homme bien connu du grand banditisme liégeois.

BELGA
3 ans pour le logisticien d’une association de planteurs de cannabis?

La cour d’appel de Liège a terminé mardi l’examen du dossier de 14 prévenus impliqués dans une association impliquée dans une culture de cannabis. Une peine de 3 ans de prison a été requise contre un Liégeois bien connu du milieu du grand banditisme et qui est suspecté d’avoir tenu un rôle de logisticien.

Cinq plantations de cannabis avaient été démantelées en 2015. 14 personnes avaient été impliquées dans l’association qui avait développé ses cultures à Jalhay, Pepinster, Olne, Oupeye et Herve.

L’association comportait des dirigeants, des recruteurs de lieux d’exploitation, des locataires, des jardiniers, des experts conseils, des logisticiens, un chauffagiste et des revendeurs. Jusqu’à 500 plants et 75 kg de cannabis en phase de séchage avaient été découverts dans certaines cultures.

Le parquet général avait requis contre le principal prévenu une peine de 80 mois et une confiscation de 450 000€. Contre les autres prévenus, tous allocataires sociaux, le parquet avait requis des sanctions allant de la peine de travail à 3 ans de prison et des confiscations allant jusqu’à 50 000€.

Les derniers débats ont été consacrés au cas d’un des prévenus qui réside désormais en Afrique. Contre cet homme, le parquet général a requis une peine de 3 ans de prison. Son avocat a contesté les faits et a sollicité son acquittement.

L’arrêt sera prononcé le 21 décembre.

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.