Dernière attaque en juillet à Burg-Reuland

Le loup n’est pas un prédateur pour l’homme, sauf dans les contes pour enfants. Néanmoins, il le reste pour les ovins et, plus rarement, pour les bovins, profitant des élevages et d’une relative paresse pour flairer des proies plus aisées.

Ainsi, la dernière «attaque» recensée date du second week-end de juillet, entre les 11 et 14 juillet, à Stoubach (Burg-Reuland). Les analyses de quatre cadavres de brebis ont confirmé la présence d’un loup de lignée germano-polonaise (identique à celle d’Akéla).