Lieu symbolique

On ne va pas refaire le match, ni ressasser le mal qui semble ronger les Disonais. Parce que s’il y a un évident lien de cause à effet, la roue peut aussi tourner très vite en football, sans que l’on ne comprenne vraiment pourquoi non plus.

Yves HARDY
Lieu symbolique
©imagesports.be

Il n’empêche, le nouveau constat d’impuissance offensive dressé à chaud par Philippe Derwa, dimanche à Warsage, prenait un relief particulier dans l’enceinte même d’un stade ayant pour nom celui de Roger Claessen. Ancien buteur lui-même, le coach disonais ne pouvait sans doute pas trouver lieu plus symbolique pour regretter les (quelques) occasions manquées par ses ouailles. Dont on ne sait, surtout parmi les plus jeunes, combien connaissent l’identité de Roger-la-Honte, disparu avec précocité alors qu’aucun Disonais présent sur le terrain, à la peine pour l’imiter dans le geste final, n’avait encore vu le jour? Ils n’en ont cure et ils ont bien raison, les gars de Derwa! Parce qu’ils savent que le week-end prochain, puis le suivant, et ceux qui s’ajouteront encore derrière, il y aura toujours la même réalité à combattre, décor évocateur ou pas. Jusqu’à ce qu’ils (re)trouvent l’inspiration, et le petit brin de réussite qui l’accompagne.