Déjà 500 m3 pour la citerne d’eau à Cibombo

Beau résultat pour la citerne, unique au monde, installée grâce aux Amis de Cibombo et au curé verviétois Stanis Kanda. Le combat continue.

S.R.
Déjà 500 m3  pour la citerne d’eau à Cibombo
Le projet Cibombo est un exemple de la Coopération au développement dans laquelle s’inscrit la commune de Dison. ©Les Amis de Cibombo

Après 4 mois, la citerne a atteint 147 centimètres et 400 m3 d'eau: ce sont les dernières nouvelles de Cibombo, en République démocratique du Congo, une région pour laquelle se bat l'actuel curé de Verviers-Sud Stanislas Kanda à travers «Les Amis de Cibombo », l'antenne disonaise de l'ASBL Ipamec (Initiatives paniers des ménagères de Cibombo) dont il est également le vice-président. C'est que le combat pour offrir aux habitants de ce camp de réfugiés du Katanga victimes de l'épuration ethnique des années 90 tient à cœur à ce Congolais d'origine… Et le dernier projet de développement en date, c'était cette installation unique d'une citerne souple de 500 m3 destinée à récolter l'eau de pluie traitée et donc rendue potable grâce à un système ingénieux de fossé, pompe, gravillons, citernes en béton, châteaux d'eau et pastilles de chlore. «Les bénéfices sont énormes pour la population, se réjouit l'abbé. En termes d'hygiène des personnes, des bâtiments etc. et de la santé, les résultats sont déjà incroyables: les maladies ont déjà tendance à diminuer grâce à la propreté, c'est le cas de la gale par exemple». La scolarité augmente «il ne faut plus se lever pour parcourir sept kilomètres à pied». Cibombo commence à s'habituer à la présence de l'eau «c'est la bousculade dans les files». Et Stanislas Kanda de se réjouir de pouvoir compter sur un appui communal à travers l'échevinat de Coopération au développement de Jean-Michel Delaval (PS) qui a décroché un subside à la Fédération Wallonie-Bruxelles pour acheter une autre citerne d'une capacité de 500 m3. «Elle est en cours de fabrication. L'enveloppe – 80 000€ au total – permettra de payer la citerne et de dispenser des formations sur place» afin de leur apprendre la bonne utilisation de la ressource.