Un projet solidaire tourné vers l’avenir ? Participez à notre opération Générations solidaires

La septième édition de l’opération Générations solidaires – visant à valoriser des projets solidaires d’associations ou d’écoles en Wallonie et à Bruxelles – est lancée. Elle promet visibilité et/ou prix financiers.

Sarah Rentmeister
 C’est un projet verviétois qui a remporté le grand prix 2022 de Générations solidaires.
C’est un projet verviétois qui a remporté le grand prix 2022 de Générations solidaires. ©Mathieu Golinvaux

Katel Fréson, vous êtes la coordinatrice de l’ASBL Générations solidaires qui relance son opération du même nom, initiée par les Éditions de l’Avenir. Une petite piqûre de rappel sur le sens de cet appel à projets ?

C’est une opération de solidarité mise sur pied en collaboration avec la Fondation Roi Baudouin et toute une série partenaires. L’objectif est de mettre en lumière des initiatives citoyennes, solidaires, locales qui émergent en Wallonie et à Bruxelles et qui impliquent toutes les générations en apportant des solutions concrètes à des questions de société. Toutes les initiatives sont mises en ligne sur le site de génération solidaire et soumise à un vote du public. Le grand gagnant de ce vote se voit offrir une médiatisation de son projet. À côté de cela, un jury indépendant choisira dix nominés et cinq écoles lauréates dont les projets seront, eux aussi, médiatisés. Avec des prix à la clé (lire ci-après). À ce jour, sur six éditions de l’opération Générations solidaires, nous avons 650 initiatives inspirantes en ligne qui permettent de puiser de bonnes idées et d’en inspirer d’autres. C’est ça aussi l’objectif: créer des émules un peu partout.

Quelles sont les conditions pour y participer ?

Être un collectif de citoyens impliquant au moins un jeune de moins de 26 ans regroupés en associations de fait. Peuvent aussi participer des associations ou des organisations travaillant au niveau local et/ou régional comme les maisons de jeunes, les maisons de repos, les services d’aide aux personnes handicapées, les services d’aide à la jeunesse. Il y a aussi tout le pan écoles primaires, secondaires, de l’enseignement supérieur et/ou universitaire avec tout projet solidaire qui existe déjà dans l’école ou qui peut être créé avec les élèves.

Des limites dans les types de projets qui peuvent être soumis ?

C’est très large. Il ne faut pas se censurer. Cela peut être un projet d’épicerie solidaire tenue par des personnes handicapées, des élèves qui récoltent des vivres pour les personnes sans-abri en contact avec les associations. On a par exemple eu le projet Essalem (lire ci-dessous) de verdurisation du quartier en réaction aux inondations ou encore la récolte d’invendus alimentaires. L’idée c’est que cela doit être tourné vers des publics plus précarisés.

La solidarité, une valeur que le projet incarne et dont nous avons plus que jamais besoin aujourd’hui dans notre société ?

En effet. L’idée est de mettre en lumière des initiatives locales inspirantes au sein des familles, des villages, des villes pour éviter l’isolement, et l’aggravation de la précarité sociale et économique. Cela apporte aussi du souffle à nos lecteurs. On constate que la solidarité s’est encore davantage développée avec la crise sanitaire. L’opération prend vraiment de l’ampleur. Et dans les établissements scolaires, ce type de projet permet aussi de raccrocher les jeunes à l’école, à une formation ou à un projet personnel, à se sentir plus utiles et à lutter contre la stigmatisation de ces derniers. A noter que les écoles qui le souhaitent peuvent disposer d’une aide gratuite à travers une animation en classe ou par visioconférence pour construire leur projet.

Quelle date limite les participants doivent-ils cocher dans leur agenda ?

Les dossiers doivent être déposés pour le 9 mars en remplissant un formulaire en ligne. La remise des prix aura lieu le 29 juin à Namur. Il est important de dire que le projet doit être écrit sur papier mais les participants peuvent le réaliser cette année ou l’année scolaire prochaine.

Que peuvent espérer les grands gagnants ?

Le Prix Générations solidaires qui s’élève à 10 000 euros, le Prix « coup de cœur » à 5 000 euros, le Prix « coup de pouce » de 5 000 euros également et les prix spéciaux de 500 euros pour chacune des 5 écoles lauréates.

En région verviétoise

Infos: 081/24 88 60 – info@generations-solidaires.be/Pour en savoir plus et participer: www.generations-solidaires.be

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...