Incendie des garages aux Linaigrettes: quel avenir pour le site stembertois ?

Un incendie a ravagé de nombreux garages dans la cité des Linaigrettes samedi soir. A priori, Logivesdre n’en reconstruira pas à cet endroit.

Lise Cassoth
 L’incendie a touché 58 garages. Une quarantaine de boxes sont complètement ravagés.
L’incendie a touché 58 garages. Une quarantaine de boxes sont complètement ravagés. ©France Fouarge

Le sinistre est important dans la cité Linaigrettes, à Stembert, suite à l’incendie qui a détruit de nombreux garages samedi soir. Au total, 58 garages ont été touchés par les flammes, dont une quarantaine complètement sinistrés. Treize box sont intacts. "On a cinq rames en tout. La première n’a pas été touchée. Par contre, dans la deuxième et la troisième, les garages sont vraiment carbonisés. Et pour la dernière, les boxes sont également abîmés, mais ils ont été moins touchés ", explique Maryline Lessire, directrice de la location pour l’agence Logivesdre, propriétaire des lieux.

Dimanche, elle est descendue sur place afin de faire l’inventaire des dégâts, mais pour l’heure, l’urgence est d’abord administrative. "Un courrier va partir ce lundi pour signaler que l’on met fin aux baux." L’agence veut également sécuriser les lieux. "Il y a trois petits chemins qui mènent au site donc ce n’est pas évident mais j’ai demandé qu’on signale le sinistre et qu’on installe des bandeaux pour interdire l’accès." Dans un second temps, Logivesdre va devoir décider de l’avenir du site: a priori, il n’y aura pas de nouveaux garages à cet endroit. "On aura des réunions prochainement pour en discuter. J’imagine qu’on ne va pas reconstruire des boxes mais on ne sait pas encore exactement ce qu’on fera."

Quid de l’enquête ?

Il y a quelques mois, Logivesdre avait déjà tenté de sécuriser les lieux avec des barrières et l’installation de caméras. "On était conscient qu’il se passait de drôles de trucs là-bas. Et là, ces drôles de trucs ont pris de l’ampleur."

Aujourd’hui, l’enquête est en cours pour déterminer les causes de l’incendie. "L’expert est descendu sur les lieux mais la rédaction du rapport peut prendre un certain temps ", précise, Gilles De Villers Grand Champ, le procureur de division à Verviers. L’enquête devra notamment déterminer s’il s’agit d’un incendie volontaire ou non. "On se dirige sans doute vers un acte intentionnel, mais il n’y a encore aucune certitude. Les experts du labo sont allés sur place pour faire des analyses. L’enquête de police est également en cours. "

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...