Eupen: un sexagénaire écope de 7 ans de prison pour viols et attentats à la pudeur

L’Eupenois a notamment été reconnu coupable de viols sur la nièce d’une de ses ex-compagnes.

Belga
 L’Eupenois, prof de tennis, a aussi été reconnu coupable de gestes déplacés sur l’une de ses élèves.
L’Eupenois, prof de tennis, a aussi été reconnu coupable de gestes déplacés sur l’une de ses élèves. ©Olena Bloshchynska — stock.adobe.com  - photo Prétexte

Un sexagénaire habitant Eupen, entraîneur de tennis, a été condamné mercredi par le tribunal correctionnel d’Eupen, à une peine de 7 ans de prison pour des viols et attentats à la pudeur. Il a été reconnu coupable de viols sur la nièce de l’une de ses ex-compagnes, entre 2011 et 2014. La jeune fille avait 10 ans lorsque les premiers faits ont été commis.

C’est une autre jeune femme, belle-fille du prévenu, qui avait dénoncé des faits d’atteinte à son intégrité sexuelle, fin avril 2018. Elle s’était confiée à sa maman qui ne l’avait pas crue, mais elle avait tout de même voulu porter plainte. "La maman et le prévenu ont d’abord amené la jeune fille chez le médecin. Ensuite, ils sont allés ensemble à la police. C’était une manière pour le prévenu de faire pression sur sa belle-fille de manière à ce qu’elle ne dépose pas de plainte", avait insisté la substitute du procureur.

Le professeur de tennis a aussi été reconnu coupable de gestes déplacés envers l’une de ses élèves lors d’un voyage au Brésil.

Enfin, le sexagénaire a entretenu des relations sexuelles avec une de ses élèves alors qu’elle n’avait que 15 ans. Cette prévention était la seule reconnue par l’homme qui indiquait cependant qu’elle n’avait pas 15 ans mais 18 ans au moment des faits.

Même si le prévenu contestait toutes les autres préventions, se disant victime d’une cabale menée par l’une de ces ex-compagnes, le tribunal a déclaré toutes les préventions établies.

Le sexagénaire écope d’une peine de 7 ans de prison et doit indemniser deux de ses victimes pour des montants de 2500 euros provisionnels et 5 000 euros. Il est aussi privé de ses droits civiques pour une durée de 15 ans.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...