«Je serai vacciné ce vendredi»: le Belge gagne son combat pour être vacciné contre la variole du singe

Il a obtenu gain de cause, l’Olnois François Yserentant. Il sera finalement vacciné préventivement contre la variole du singe ce vendredi, en Belgique, et non en France, où il avait réussi à avoir un rendez-vous.

Thomas Longrie
 François Yserentant (39 ans) ne devra pas se rendre en France: même s’il n’a pas de symptômes liés à la variole du singe, il sera vacciné au CHU de Liège.
François Yserentant (39 ans) ne devra pas se rendre en France: même s’il n’a pas de symptômes liés à la variole du singe, il sera vacciné au CHU de Liège. ©D.R./Belga (photo prétexte)

Sa persévérance a fini par payer! L’Olnois François Yserentant (39 ans), qui se battait depuis un mois et demi pour se faire vacciner de manière préventive contre la variole du singe après avoir entretenu des contacts "rapprochés" avec une personne du même sexe qui a développé par la suite la maladie, ne devra pas se rendre en France, où les conditions d’accès sont moins strictes, pour y recevoir le sérum. Non, il sera vacciné ce vendredi au CHU de Liège, l’un des neuf centres de référence belges, qui lui avait pourtant refusé le vaccin.

Quand on ne lâche pas un combat, on le gagne souvent!

Le trentenaire, qui avait lancé un cri d’alarme aux autorités belges et… au roi, a donc finalement été entendu. "Comme je ne crois pas au hasard et que le CHU de Liège était au courant que si je n’avais pas de vaccination contre la variole du singe cette semaine, je serais vacciné au Centre hospitalier de Valenciennes, en France, ce vendredi, j’ai eu un appel téléphonique ce lundi à la première heure du service infectiologie pour être vacciné ce même vendredi au CHU de Liège", explique l’Olnois François Yserentant dans un commentaire publié sur son profil Facebook. "Morale de l’histoire: quand on ne lâche pas un combat, on le gagne souvent. Ici, il faut dire que je n’ai pas été tendre avec eux depuis une dizaine de jours... Bref, cela évite de faire 400 bornes pour avoir ce vaccin. Je veux par ce message cependant remercier la France qui, en moins d’une semaine, m’avait donné un rendez-vous pour me faire vacciner chez elle alors que je suis un étranger."

Fin juin, lors de son voyage à la Côte d’Azur, François Yserentant avait eu des contacts "rapprochés" avec une autre personne, laquelle a par la suite développé la variole du singe.

Craignant pour sa santé et celle des autres, bien qu’il n’ait eu aucun symptôme de la maladie, l’Olnois souhaitait absolument se faire vacciner. Et ce, de manière préventive. Car l’homme compte, à nouveau, se rendre prochainement à l’étranger...

La France est, elle, plus souple en matière de vaccination contre la variole du singe, raison pour laquelle de nombreux Belges passent la frontière pour y recevoir le sérum.

La France vaccine, en effet, tous les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes.