Soulagement à Waimes : les subsides obtenus pour la salle de Ondenval

La Commune de Waimes a obtenu un subside de 547 000 euros de la région wallonne pour rénover l’ancienne salle de Ondenval.

Lise Cassoth
Soulagement à Waimes : les subsides obtenus pour la salle de Ondenval
Salle Ondenval ©Eda Philippe Labeye

Le bourgmestre waimerais l'a confirmé ce jeudi soir lors du conseil communal, un subside a bien été accordé pour la transformation de l'ancienne salle d'Ondenval et du café attenant. Le Gouvernement wallon va accorder 547 000 euros à Waimes, pour un projet qui coûtera au total un peu moins de 900 000 euros. Une partie du chantier sera réalisée par des ouvriers communaux. «Au-delà de 500 000 euros, les projets sont subsidiés à 50%», explique Daniel Stoffels. Ce dossier est depuis plusieurs années dans les cartons, alors quand la confirmation de l'obtention du subside a été signifiée, c'était un réel soulagement. «C'est un dossier long et compliqué mais on est très heureux évidemment. On attendait ça avec beaucoup d'impatience. C'est une excellente nouvelle.» L'ancienne salle de Ondenval va ainsi pouvoir être entièrement rénovée et sera mise notamment à disposition des différentes associations du village. À l'avant du bâtiment, l'ancien café va aussi subir un lifting et les étages permettront d'aménager deux logements tremplin, mis à disposition des jeunes. «Un jeune couple pourra par exemple s'installer dans l'appartement pendant quelques années, avec un loyer à prix raisonnable. Et si, après, il décide de construire et de s'installer sur la commune, nous rembourseronsune partie du loyer.» Grâce à ces deux logements, la Commune espère ainsi garder ses jeunes sur son territoire. «Souvent ils restent sur Waimes car il y a de l'emploi ici mais il faut leur donner un coup de pouce. La pression immobilière, comme dans d'autres communes, est très forte. C'est une chance d'avoir ces logements dans le centre de village.» Le bourgmestre attend maintenant d'être averti officiellement par la Région. Une fois le feu vert transmis par écrit, les autorités communales auront un an pour lancer les offres et les chantiers, mais Daniel Stoffelsa désormais bon esporir «que ça aille assez vite à présent».