Des infiltrations d’eau au hall de Laneffe

Le conseil communal de Walcourt a décidé d’ester en justice à l’encontre de la société qui a rénové les bardages et toitures du hall omnisports de Laneffe.

Vincent PINTON
 Suite à des infiltrations d’eau, la Commune va ester en justice contre l’entreprise en charge des bardages et toitures.
Suite à des infiltrations d’eau, la Commune va ester en justice contre l’entreprise en charge des bardages et toitures. ©ÉdA

Au conseil communal de lundi soir, il était proposé au conseil communal d’ester en justice contre la société en charge du lot 2 (bardages et toitures) de la modernisation du hall omnisports de Laneffe. "Nous avons constaté des infiltrations d’eau au niveau des exutoires et l’entreprise refuse de faire jouer sa garantie décennale. Nous vous proposons donc d’ester en justice à l’encontre de celle-ci", déclare l’échevin des Sports, Nicolas Preyat (MR-EC). Parmi les autres points qui ont encore suscité le débat lors de cette séance du conseil communal, épinglons cet avis de principe demandé au conseil communal pour la suppression partielle du sentier vicinal n°41 et ce, jusqu’à la limite de la cour de la ferme située à l’arrière de l’église de Tarcienne. "Cette demande de suppression partielle est justifiée pour des raisons de sécurité, explique l’échevin Philippe Bultot (MR-EC). Le sentier longe un bâtiment agricole qui abrite des taureaux à l’engraissement dont le risque d’échappement n’est pas nul, justifie-t-il. Ce sentier n’a pas une grande utilité puisque la rue du Centre se trouve à une cinquantaine de mètres seulement", ajoute-t-il. "L’agriculteur manœuvre avec de gros engins aux abords du sentier et le risque d’accident est bien présent", renchérit la bourgmestre Christine Poulin (PS). Ces arguments n’ont que moyennement convaincu certains conseillers communaux, parmi lesquels d’ardents défenseurs des sentiers. "Ce type de suppression pourrait créer des précédents dans la commune et conduire à d’autres suppressions", estime Jean-Nicolas Bolle (Écolo Vers Demain). Matériellement, le sentier est déjà rendu inaccessible par une barrière électrique. Le conseil invite donc l’agriculteur à régulariser la situation en initiant une demande de modification de voirie et l’informant du fait que les frais de procédure et de réalisation des plans seront à son entière charge.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.