Thuin: violent, notamment avec sa femme le soir du Nouvel An

Armes prohibées ou soumises à autorisation, coups et tentative d’extorsion: deux dossiers reprochés à Nicolas.

L.C.
 Le réveillon s’est mal terminé.
Le réveillon s’est mal terminé. ©pressmaster – Fotolia 

Uniquement connu pour des antécédents liés à des faits de roulage, Nicolas comparait pour la première fois face à une juridiction correctionnelle.

Et le prévenu fait fort pour une première fois puisque deux dossiers lui sont reprochés. Le premier dossier concerne une scène de coups sur sa compagne, la nuit du Nouvel An et la détention de plusieurs armes prohibées ou soumises à autorisation: une matraque télescopique, un révolver Webley avec ses munitions et un pistolet d’alarme.

Une dette de 300 ou de 3 000€ ?

Si pour ces faits décrits ci-dessus, Nicolas assume ses responsabilités, sa position change lorsqu’on évoque une tentative d’extorsion commise le 30 avril 2021, à Thuin. Ce jour-là, un véhicule suspect s’arrête à hauteur de Dylan (prénom d’emprunt). Quatre personnes se trouvent à bord, dont le frère de Nicolas. Et d’emblée, le ton employé par le frère du prévenu ne laisse peu de place au doute. "Il l’a obligé à monter dans le véhicule. On lui a alors réclamé une dette de 3 000€ liés à des produits stupéfiants, mais le prévenu parle d’une dette pour la vente d’un GSM à 300€", détaille le parquet.

Secoué, malmené, Dylan reçoit des claques au visage et se fait menacer. "Il a eu un appel avec le prévenu dans la voiture. Il était bien question de lui mettre la pression." Nicolas conteste son implication dans les faits, même s’il admet avoir eu un échange téléphonique avec la victime. Le prévenu se trouvait d’ailleurs en Grèce au moment de la tentative d’extorsion.

La substitute Pied a requis différentes peines contre Nicolas: un an de prison pour la tentative d’extorsion, 6 mois pour les coups portés à sa compagne et une peine d’amende "particulièrement salée" pour les différentes armes.

À la défense, Me Vander Eyden plaide un acquittement pour la scène d’extorsion. Pour les autres préventions, une suspension du prononcé et une peine de travail sont requises. L’avocate a insisté sur le gain de maturité opéré par son client, depuis les faits commis en 2021. Jugement mi-avril.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...