Le Guérit démarre en mode mineur

Michaël Dubois est déçu de la participation à la première manche du challenge. Une lassitude s’est-elle installée chez les runners confinés?

Geoffroy BRUYR
Le Guérit démarre en mode mineur
Les runners qui se sont déplacés jusqu’à Sivry ont tous apprécié le nouveau circuit. ©ÉdA – 501305862318

La première étape du challenge Guérit en «mode confiné» s'est clôturée dimanche. Il s'agissait d'une toute nouvelle course, la «Boucle des Monts Chevrotins», au départ du terrain de football de Sivry. Michaël Dubois, l'organisateur, ne cache pas sa déception: 105 noms seulement apparaissent dans le classement. Est-ce parce que cette fois-ci, contrairement aux courses hivernales qu'il avait organisées avec ses Coureurs de la Thure, une petite contribution symbolique (de 3 euros) était demandée lors de l'inscription? «L'occasion était belle de soutenir les organisateurs d'un événement bien réel, sur un circuit balisé, en ces temps où ils sont peu nombreux. Occasion partiellement manquée… C'est frustrant car nous avions imaginé un parcours attrayant qui valait la peine d'être découvert. Y a-t-il de la lassitude concernant ce type de courses? Toujours est-il que nous tenons à remercier celles et ceux qui ont osé la confrontation, qui ont mouillé le maillot sur un circuit concret et qui ont bien voulu gratifier les organisateurs d'une inscription synonyme d'une présence dans le classement.»

Le fait que le circuit ait été accessible jusqu'à ce dimanche (au lieu du 21 mars, soit une semaine en plus), n'aura pas fait grimper massivement le taux de participation. Heureusement que Joël Brunebarbe est venu avec sa vingtaine d'élèves de l'école Saint-Louis de Sivry pour «grossir» le nombre. «J'ignore si ces 3 euros sont la cause de ce désintérêt mais si c'est le cas c'est vraiment décevant, poursuit Michaël. Surtout dans la mesure où nous avons fait courir les gens durant tout l'hiver sans rien demander en retour. Personnellement dès qu'une course ou un run-bike s'organise je saute dessus, même s'il faut débourser quelques euros, mais tout le monde n'est apparemment pas comme moi.»

Prochaine manche à Monceau-Imbrechies

Les retours des sportifs mettent toutefois du baume au cœur: tous ceux qui sont venus à apprécier semblent avoir apprécié ce beau tracé.

Pour la deuxième manche du Guérit, il faudra attendre un peu. La course de l'Albatros, initialement prévue ce samedi à Petite-Chapelle, n'aura pas lieu. «Nous avions pourtant tout prévu pour qu'elle se déroule parfaitement dans le respect des règles sanitaires mais les autorités communales de Couvin en ont décidé autrement et nous le regrettons.»

Du coup, la prochaine manche devrait être à Monceau-Imbrechies en juin. «Si nous ne pouvons organiser notre course de manière traditionnelle, nous ouvrirons nos circuits durant une dizaine de jours, comme Michaël Dubois l'a fait à Sivry», indique Claude Sobry, le président du Jaco.