Une science inexacte mais passionnante

Les capteurs installés à Sivry ne sont qu’une petite partie des outils indispensables pour fournir des analyses et prévisions fiables.

Nathalie Bruyr
Une science inexacte mais passionnante
Dans une classe du CDPA, un ordinateur reçoit les mesures de la station et les transmet au PC d’André Étienne et au site meteobelgique. ©ÉdA – 501222312598

« Le reste ce sont les satellites et les radars qui envoient des millions d’informations par jour, traitées pour fournir des modèles à affiner avec les stations locales.»