Romedenne: Michel, tué sur le coup, au volant de son camion en voulant éviter la collision

L’accident a été très violent. Après un accrochage, le camion a dévié de sa trajectoire pour percuter un arbre et se coucher sur le flanc.

Jean-louis Jacquemyn
 Michel était passionné par ses camions
Michel était passionné par ses camions ©Philinfo.be

Lundi, peu après midi, une terrible collision s’est produite sur la N40, entre la barrière de Romedenne et Merlemont.

Le camion tractant une benne à vide, se dirigeait vers Givet. La grosse camionnette d’une société de livraison namuroise arrivait en sens inverse. Selon des témoins, le conducteur de cette camionnette aurait dévié de sa trajectoire au moment où arrivait en face d’elle le camion. Le chauffeur du poids lourd, Michel Préion, aurait bien tenté d’éviter la collision en serrant au maximum sa droite, mais le choc était inévitable. Les deux véhicules se sont percutés sur le flanc. La camionnette a effectué une embardée et s’est retrouvée sur le toit dans les taillis à gauche de la chaussée. Le poids lourds a lui aussi été dévié vers la gauche. Après avoir dévalé le petit fossé, le camion a poursuivi sa trajectoire, escaladé le talus et percuté un arbre. Sous le choc, le bahut s’est couché sur le flanc.

À l’arrivée, rapide, des secours, il n’y avait déjà plus rien à faire pour Michel Préion, il était décédé des suites de ses trop importantes blessures. Quant au chauffeur de la camionnette, il était toujours conscient et se plaignait de douleurs dorsales. Il a été transporté à l’hôpital dans un état jugé comme peu inquiétant.

Devant la gravité des faits et des circonstances peu claires, le Parquet a été avisé et un expert automobile est descendu sur les lieux. Durant tout ce temps et celui du dépannage, cet axe a été fermé à la circulation, obligeant les automobilistes à passer par Franchimont, Surice et Romedenne.

Un papy passionné

À 68 ans, Michel Préion habitait la région de Philippeville et était connu et apprécié dans toute la région.

Les camions, c’était sa passion, il avait même monté sa propre société de transport dans la région de Charleroi. Une passion qu’il partageait avec son fils Frédéric. En famille, c’était aussi un papy attentionné pour ses petits enfants. L’annonce de sa tragique disparition a jeté un vif émoi dans toute la région.