Absence massive dans les écoles

Le verglas a entraîné jusqu'à deux tiers d'absences dans les écoles mercredi. Les élèves venant en bus ont été les plus touchés.

Marc DEJARDIN

Les téléphones ont chauffé toute la matinée dans les établissements scolaires de l'Entre-Sambre-et-Meuse. De nombreux parents venaient aux nouvelles auprès du secrétariat de leur école. «Vu les conditions climatiques, on leur conseille de ne pas prendre de risques», indique Françoise Valard, secrétaire de direction à l'Institut Notre-Dame de Philippeville.

Avec plusieurs professeurs et deux tiers des élèves absents, certains cours ont dû être annulés. Dans ce cas, les élèves ne sont autorisés à quitter l'école que sur demande écrite des parents. «La responsabilité est trop grande. Notre politique, c'est de veiller à ce qu'ils ne quittent pas l'établissement sans surveillance pour éviter tout risqued'accident », insiste Françoise Valard.

Malgré l'interdiction, on pouvait croiser plusieurs élèves dans les rues de Philippeville. «Vu les absences, nous devions aller à l'étude toute la matinée. Mais on est partis un peu en douce,

confie un étudiant.

Des absences liées aux transports en communDu côté de l'Athénée Royal Jean Rostand, on a pu compter sur 70 % des étudiants. «Beaucoup d'élèves viennent en train et le réseau ferroviaire n'a été que très peu perturbé » indique Marc Beaumont, préfet des études. Il ajoute que « la situation n'a heureusement rien de comparable avec les chutes de neige du mois de décembre

Au collège Saint-Joseph de Chimay, ce sont surtout les élèves des petits villages qui manquaient à l'appel. Selon le secrétariat de l'école, « plusieurs bus ne se sont pas aventurés dans les routes secondaires. Les élèves qui ne pouvaient pas compter sur le covoiturage sont donc restés bloqués chez eux. »

De nombreux parents ont suivi l'exemple et ont préféré ne pas prendre de risque pour une demi-journée.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.