Prison de Jamioulx: il utilisait ses congés pénitentiaires pour ramener drogues et cartes de téléphone aux autres détenus

Geoffrey a permis de faire entrer ces objets au sein de la prison de Jamioulx, via ses congés pénitentiaires.

Lee Colonius
 « Au départ, je ne voulais pas. Mais, j’ai été menacé. J’ai même perdu 2 dents. Alors, j’ai cédé.» explique le détenu prévenu.
« Au départ, je ne voulais pas. Mais, j’ai été menacé. J’ai même perdu 2 dents. Alors, j’ai cédé.» explique le détenu prévenu. ©doidam10 – stock.adobe.com 

Le 7 décembre 2021, les policiers de la zone Germinalt ont intercepté Geoffrey sur base d’une dénonciation émanant de la prison de Jamioulx. Selon l’information, Geoffrey profitait de ses congés pénitentiaires pour introduire de la drogue et des cartes de téléphone au sein de l’établissement pénitentiaire. À l’hôpital, l’examen médical a révélé, dans un endroit plutôt intime, diverses boulettes contenant de la résine de cannabis, de la cocaïne et des cartes de téléphone portable.

Récidiviste, Geoffrey avait agi de la sorte pour "faire plaisir" à son neveu également incarcéré à la prison. Et le bouche-à-oreille, sur les livraisons effectuées par Geoffrey, a vite fait le tour des cellules entraînant une importante demande. " Au départ, je ne voulais pas. Mais, j’ai été menacé. J’ai même perdu 2 dents. Alors, j’ai cédé." confirmait l’homme détenu.

Une double récidive

Ce n’était pas la première fois que Geoffrey trempait dans ce type de trafic. En juin 2020, il a déjà été condamné avec sursis partiel pour détention et vente de stupéfiants, en association. Le prévenu se trouvait en état de récidive légale et même en état de récidive spéciale. Détail en la défaveur de Geoffrey. Vu l’état de récidive, le parquet avait requis une peine ferme de 3 ans de prison.

Du côté de la défense, MeYves Bertrand avait plaidé une peine autonome de travail. Mardi après-midi, Geoffrey a écopé de 30 mois de prison ferme.