Nalinnes: louer ses fringues plutôt que les acheter

Un crowfunding pour développer le projetÀ l’arrière de sa maison, Paola Ciambriello dispose d’une grange de 140 mètres carrés où elle souhaiterait aménager une boutique."Je préfère développer mon projet à Nalinnes plutôt qu’à Charleroi dont nous ne sommes qu’à quinze minutes, explique-t-elle. Je souhaite fidéliser une clientèle qui aimerait venir ici une fois par mois pour venir chercher ou rapporter sa box. Je veux en faire un endroit agréable où il est facile de se garer, où l’on peut papoter, se faire conseiller, essayer, le tout dans une ambiance cool autour d’un petit café. C’est une tout autre manière de faire du shopping par rapport aux grandes enseignes. En outre, je ne travaille qu’avec des marques écoresponsables", insiste-t-elle.Le 23 mars, à 18 h, un défilé est organisé à la brasserie du Quai 10, à Charleroi. Ce sera le moment choisi par Paola pour lancer sa campagne de crowfunding grâce à laquelle elle espère acquérir une centrale vapeur, un défroisseur, aménager un studio photo et mécaniser ses tringles. Jeune entrepreneuse de Nalinnes, Paola Ciambriello a imaginé un système de location de vêtements pour les femmes qui, comme elle, sont dingues de fringues.

Vincent Pinton
Nalinnes: louer ses fringues plutôt que les acheter
«Entourloop» est lauréat de l’appel à projets d’économie circulaire lancé l’été dernier dans le cadre de «Circular Wallonia». ©ÉdA – 501925064889

La crise sanitaire et ses multiples confinements ont permis à beaucoup de se remettre en question. De nombreux projets, pour la plupart écoresponsables, sont nés durant cette période qui a bousculé nos habitudes.