Couvin: considéré comme évadé, il se rebelle lors d'un contrôle

Il n’était pas rentré de son congé pénitentiaire. Il n’avait visiblement pas l’intention de retourner en prison.

S.M.

Le casier judiciaire du prévenu compte déjà cinq condamnations correctionnelles: deux peines de travail et trois de prison, dont deux de prison ferme. Le sursis assorti à la 3e est quant à lui tombé. Son fond de peine est fixé à 2027. Malgré cela, il s’est rebellé à l’égard de policiers de la zone des Trois Vallées, le 10 septembre 2021 à Couvin. Il n’était pas seul. Deux de ses amis, absents à l’audience, sont également poursuivis pour ces faits.

Ce jour-là, une patrouille de police est appelée à intervenir à La Source, un bar couvinois, car plusieurs personnes font du grabuge. Il s’agit des prévenus qui ont quitté les lieux à bord d’une Golf. "Sur la route, les verbalisants ont croisé ce véhicule et l’ont pris en chasse. Deux personnes en sont directement sorties (NDLR: les deux prévenus qui faisaient défaut), suivies par une troisième qui a pris la fuite. Une dernière personne (NDLR: l’unique prévenu présent à l’audience) était quant à lui toujours à l’intérieur de la voiture", indique le parquet.

Ce dernier était renseigné comme évadé. Il n’avait pas regagné la prison après un congé pénitentiaire. "Ils m’ont demandé de les suivre mais j’ai refusé car je devais voir mon fils le lendemain", explique le principal intéressé au juge Hauquier. Ses deux comparses n’ont alors pas hésité à s’en prendre aux forces de l’ordre pour lui permettre de prendre la fuite. "Il y a eu de nombreuses insultes. L’un d’eux s’est même dirigé vers un policier pour le frapper, ce dernier a dû utiliser sa gazeuse", précise le parquet de Namur. Finalement, tout le monde a été gazé et interpellé.

« Lantin, ce n’est pas Marche-en-Famenne »

Lors de la fouille, un coup-de-poing américain a été retrouvé dans les poches du prisonnier évadé. Deux ans de prison sont requis par le parquet à son encontre, 18 et 12 mois contre les défaillants.

La défense, par la voix de Me Fery, demande un sursis probatoire. "Ces deux ans feraient monter son fond de peine à 2029, il est inutile de charger la barque. Il est incarcéré à Lantin, où la sécurité est extrême et les activités peu nombreuses. Lantin, ce n’est pas Marche-en-Famenne."

Jugement le 26 octobre.