Vélo solex : le retour par chez nous

Malgré le temps on ne peut plus maussade, ils étaient une bonne trentaine grimpés sur leur solex pour une balade de 60 km.

Maurice VANDEWEYER
Vélo solex : le retour par chez nous
CMVDW : velo solex ©ÉdA

Ils étaient là pour le temps d’une balade que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître mais que les plus âgés ont pu voir de l’autre côté de la frontière française. Le solex, s’ils ne l’ont pas pratiqué, ils l’ont toujours envié. Car à une époque, pour le petit Belge de moins de seize ans, ce vélo était le paradis, la rapidité de déplacement. En France, ce vélo à moteur pouvait être conduit dès l’âge de 14 ans et faisait le bonheur de beaucoup de jeunes. Bien sûr le moteur état bridé et bien sût ce n’était pas l’autonomie complète car dans les côtes il fallait encore pédaler mais rien que l’impression de vitesse des petits vroum vroum procurait le bonheur suprême.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...