Philippeville: le patrimoine ou l'efficacité énergétique?

Deux visions se sont opposées au conseil communal de Philippeville ce jeudi quant à l’avenir du bâtiment de la Justice de Paix.

M.D.
 La majorité voudrait acheter le bâtiment et y installer la bibliothèque
La majorité voudrait acheter le bâtiment et y installer la bibliothèque ©ÉdA – 301570400629

La Commune de Philippeville va, une fois de plus diront les mauvaises langues, tenter d’acquérir l’ancienne Justice de Paix. Le modus operandi est celui déjà choisi en 2020: exproprier la régie des bâtiments qui est toujours propriétaire, même si c’est bien la ville qui occupe le bâtiment. Coût de l’opération: 115 000 €. Pour assurer le dossier, qui avait une première fois été recalé au GUDEX (guichet unique des expropriations), la Ville a demandé conseil à un avocat. Une "expertise" qui fait bondir Paul Pirson: "Quelqu’un a été payé pour ça ? C’est scandaleux !" lance-t-il à la majorité. "Certaines affirmations y sont fausses et de nombreux arguments justifiant l’expropriation ne s’y trouvent pas. C’est largement insuffisant en termes de motivation et je vous garantis que ce sera à nouveau refusé par le GUDEX". L’échevine des finances Martine Warnon-Deschamps rappelle que cette même expropriation avait été soumise au conseil en 2020 et que tous, oppositions y compris, avaient voté pour. Pour Vincent Dujardin (Écolo), c’est l’acquisition du bâtiment elle-même qui pose problème: "C’est une fausse bonne idée: ce bâtiment va coûter très cher à la collectivité en rénovation, en mise aux normes et en entretien, sans parler du coût énergétique. Ce sont des bâtiments d’un autre âge. Laissons ça à un privé et construisons quelque chose de plus petit et plus raisonnable". Le bourgmestre, André de Martin, ne partage pas cette vision. Il insiste sur la valeur patrimoniale et centrale du bâtiment: "Je suis fier que Philippeville achète ce bâtiment et y développe sa bibliothèque. Nous exproprions la régie des bâtiments pour 115 000 €. Avec les subsides pour l’isolation, nous aurons au final un bâtiment rénové pour un montant inférieur à ce que nous avons gagné en revendant l’ancien bâtiment de la bibliothèque qui tombait en ruine (250 000 €)." Au vote, les élus Phil Citoyen et Écolo sont contre, Christophe Corouge (PS) s’abstient, la majorité vote pour et lance l’opération.