Record d’affluence au festival Scène sur Sambre à Aulne

Le festival a franchi le cap symbolique des 20 000 spectateurs, ce qui augure d’une édition 2023 plus flamboyante encore.

La Rédaction de L'Avenir

Le festival s’est refermé dimanche soir sur la dernière prestation en Belgique d’un Calogero plus en forme que jamais. Entouré d’une talentueuse brochette de musiciens, le chanteur français a séduit les 7500 festivaliers dominicaux venus se plonger dans la musique et la fête en bord de Sambre. Tous les ingrédients étaient réunis ce dimanche pour une somptueuse clôture du dernier festival de l’été. En début d’après-midi, Emma Peeters a ouvert le bal avant que la foule se mette à chalouper au son envoûtant de la voix de Doria D. La touche rock s’intensifie avec Charles tandis que la foule commence à s’agglutiner devant la scène. Ça flâne encore pas mal entre l’entrée et les bars, foodtrucks et espaces "chill" où l’on peut se poser, pour parler, grignoter, se retrouver entre amis. L’artiste multifacettes Mustii s’empare de la scène et lance véritablement la dernière soirée de Scène sur Sambre. Le public mélangé reflète l’affiche du jour, entre douceur et tonicité. Les rappeurs parisiens de 47Ter donnent le ton et "casse les codes" avant de laisser la place à Calogero pour une soirée toute "pour la musique" qui laisse le public heureux et rassasié d’avoir retrouvé cette ambiance si particulière, mélange de joie, d’insouciance et de liberté, qui avait manqué pendant deux ans.

Près de 21000 festivaliers

Au lendemain de cette 10eédition, l’heure était au comptage des entrées. Sourires aux lèvres, les nouveaux organisateurs ont ainsi annoncé une belle fréquentation: 5000 personnes le vendredi, 8200 entrées le samedi et 7500 le dimanche. Ce bilan dépasse leurs objectifs puisqu’il s’agit là d’une augmentation de 45% par rapport à la fréquentation lors de l’édition précédente en 2019.

L’objectif de susciter l’engouement au-delà de la région carolo est bel et bien rempli puisque, si 45% viennent directement d’un périmètre de 50 km autour de Thuin-Charleroi, Scène sur Sambre a attiré un bon contingent de public français venu des Hauts de France, — sans doute en raison d’une affiche faisant la part belle aux artistes francophones et rappeurs français — tandis que le solde se répartissait équitablement entre Bruxelles et le reste de la Wallonie.

L’ambition d’attirer plus de jeunes que d’autres festivals a aussi été largement atteinte puisque la tranche des 15-25 ans était surreprésentée sur la plaine d’Aulne, conséquence sans doute d’une adaptation du prix d’entrée à la ligne musicale proposée: électro le vendredi, rap-urbain le samedi et pop-rock le dimanche. Revers de la médaille: le pass 3 jours s’est, lui, assez peu vendu.

" Les artistes ont relevé la beauté du site avec, d’un côté, les arbres et la Sambre " se réjouissent les organisateurs. Et il est vrai que l’environnement "carte postale" au grand air permet toujours de créer une atmosphère détendue, très en phase avec l’esprit de fin de vacances et la météo encore estivale.

Au niveau de la sécurité, aucun incident n’a été relevé par le service de police de la zone Germinalt, ce qui ravit et soulage les organisateurs.

Nouveau départ et rendez-vous en 2023

Cette édition, la première avec à bord l’équipe du Ronquières Festival et son associé carolo pour l’occasion, Epic Entertainment, est à considérer comme un nouveau départ pour ce festival qui s’est professionnalisé et qui est monté en gamme, que ce soit au niveau de l’organisation, la logistique et de la programmation. Il est amené à grandir encore, ses organisateurs ayant de grandes ambitions pour les prochaines années. Bien évidemment, une édition 2023 est d’ores et déjà confirmée.

Le seul bémol, pour l’équipe organisatrice, est l’absence de soutien, et donc de subside, de la Fédération Wallonie Bruxelles. " Forcément, un soutien public permettrait une accélération du développement du festival " disent-ils. Un regret contrebalancé par l’indépendance totale qui les caractérise, dans l’organisation et surtout la programmation qui peut ainsi être entièrement construite sur des critères de qualité, d’attractivité et de proximité avec les goûts d’un public intéressé tout autant de découvrir de nouveaux talents que de se balancer aux rythmes des artistes confirmés sur les scènes nationale ou internationale.