Trail du Jambon: la version nocturne validée

Déjà bien installé dans le calendrier des amateurs de difficultés, le Trail de Jambon rencontre un aussi grand succès dans sa version nocturne.

Amandine Gilson
Trail du Jambon: la version nocturne validée
trail jambon semois ©By Sochhhhhhh

"Cela fait longtemps que j'y réfléchis et que j'ai l'envie de proposer une version nocturne. En été, j'apprends que la DNF, suite à des soucis rencontrés avec d'autres organisateurs du cantonnement, qu'il ne serait plus autorisé de tracer "hors sentiers". Cette décision est uniforme pour tous les organisateurs. Je me dis que c'est donc l'occasion de lancer une version nocturne, moins difficile techniquement", commence l'organisateur et créateur de l'événement qui plait chaque année à tous les participants, amateurs des épreuves "pas piquées des vers"."

Le Trail du Jambon "by night", est né. Deux distances, de 16 et 24 kilomètres, sont au programme, sous la forme d'une vague destinée aux traileurs voulant jouant la gagne, ou le classement, et puis de départs libres durant plusieurs heures. " Vu les restrictions sanitaires, nous laissons tomber notre idée de départ, de réserver une salle éloignée du village, avec une tartiflette, et une after party tous ensemble. Nous choisissons donc de faire le départ en plein centre du village, proche de l'horeca, garantissant les mesures sanitaires. On se retrouve donc à quelques dizaines de mètres du premier single track. Impossible d'empêcher les bouchons en laissant partir un peloton de 250 sportifs. C'est ainsi que me vient l'idée de proposer un départ groupé pour ceux voulant se tirer la bourre, mais de laisser les départs encore libres par la suite pour les personnes ne visant pas un classement", poursuit Tanguy Berthe.

Ce sont les 24 kilomètres qui lancent les festivités, avec un parcours directement difficile. Aux avant-postes, on retrouve Guillaume Deneffe. L’ultra-traileur, originaire d’Houyet, se fait plus discret ces derniers temps. Il faut dire qu’il prépare du plus long et qu’il ne multiplie plus les apparitions sur les petites distances comme il a pu le faire par le passé. Il privilégie les épreuves qui lui tiennent à cœur, comme c’est le cas du Jambon. Si, dans les premiers kilomètres, ses concurrents s’accrochent, ils ne parviennent pas à maintenir l’allure et l’écart se creuse petit à petit. Finalement, le "dinosaure" comme il s’amuse à le dire, franchit la ligne d’arrivée avec pas moins de 5,24 minutes d’avance sur Renaud Anselme et Firmin Masset, deux petits jeunots. Chez les filles, belle supériorité de Dorota Osinska, qui termine avec ni plus ni moins de 17 minutes d’avance sur l’Andennaise Cindy Fontaine et la Gembloutoise Julie Boqué.

Sur les 16 kilomètres, c'est un orienteur qui parvient à faire la différence, en fin de parcours, sur les autres concurrents. François Van Der Ouderaa, qui bénéficie de onze années d'expérience en équipe nationale de course d'orientation, a du mal à se défaire de ses concurrents mais parvient à creuser dans les deux derniers kilomètres pour s'imposer devant Renaud Lequeux et Amaury Evrard. Chez les dames, seule dame présente dans le départ en masse, c'est l'athlète de la Sportex, Charline d'Orchymont, qui s'impose devant Céline Bihain et Aline Jaumotte.

Classements complets : 16.00 km | 24.00 km