L’atelier de Pinocchio

En plus d’être un des plus beaux villages de Wallonie, Laforêt abrite un espace dédié aux marionnettes. Françoise Renouprez, originaire de Saint-Hubert, s’est découvert très tôt une passion pour ces personnages en bois dont le moins célèbre n’est pas Pinocchio.

L’atelier de Pinocchio
18 ©ÉdA

Sa passion pour les marionnettes? «J'ai été attirée par le côté artisanal. J'ai suivi des stages à Saint-Hubert et approché différentes techniques dont celle de la pâte à bois. J'ai accroché et suivi un autre stage. Par la suite, j'ai plutôt œuvré en autodidacte. Ce qui me plaît avec les marionnettes, c'est de toucher à tout: sculpture, modelage, peinture, couture. Puis il y a le jeu de «scène». À ceux qui viennent en stages et construisent leur marionnette, j'explique à quoi serviront les fils. Puis à force de la manipuler et travailler devant un grand miroir, on comprend mieux le fonctionnement et ce que découvrent les spectateurs. On peut construire deux marionnettes identiques sans obtenir le même répondant. ». En 85, Françoise a repris à Laforêt une épicerie sans avenir pour y installer une petite surface commerciale et vendre ses réalisations. La rencontre avec une dame formée au théâtre les fait travailler ensemble: «Faire des marionnettes de décoration, à accrocher au mur n'est guère intéressant ». Pour les faire vivre, elle construit «le Castellet», un théâtre pour marionnettes de 30 places. Elle monte un spectacle musical tout public, style cabaret: La bande à Pinocchio. Elle organise des stages pour fabriquer des marionnettes, propose des initiations, même d'une demi-journée, pour découvrir les matières utilisées et donner l'envie de poursuivre dans l'univers des marionnettes.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.