Entre les bois et les parois

S’installer à Laforêt et devenir sculpteur sur bois, voilà qui ne manque pas d’originalité. Être un Liégeois de cœur et ardennais d’adoption mais aussi membre du Club Alpin Suisse, ce n’est pas courant. C’est pourtant le cas d’Alain Genicq, un cinquantenaire alerte aux multiples facettes.

Pascal Willems
Entre les bois et les parois
PLU04_1307_P3_01 ©ÉdA

Alain Genicq est aujourd'hui un heureux fonctionnaire à la retraite. C'est son attrait pour les marionnettes qui l'a conduit à Laforêt, un des plus villages de Wallonie sur les hauteurs de Vresse. Il dit ne posséder aucune formation artistique ni en ébénisterie. C'est en construisant des marionnettes qu'il a découvert qu'il aimait la sculpture sur bois. Autodidacte, ses sujets de prédilection sont des formes et créations sorties de son imaginaire et des personnages de légendes: nutons, elfes, sorcières. «Pour ces derniers, si on rate, on brûle et on recommence. Alors que l'imaginaire pur peut être rectifiable. Parfois c'est la matière plutôt que la main qui guide la transformation du matériau bois ». Il a exposé en 2012 à Vresse et ses œuvres sont visibles en permanence à l'Atelier de Pinocchio à Laforêt. Par passion et avec plaisir, il sculpte des morceaux de chêne, merisier, prunier… des essences réputées pour leur robustesse et leurs coloris, des bois qu'il décrit comme agréables à travailler. Pour lui, la sculpture sur bois apprend la patience tant il faut être calme. La sculpture ne représente toutefois qu'une de ses activités. Notre homme joue aussi du violon, en autodidacte et par passion. Il pratique la randonnée et l'alpinisme. Il réalise des courses en haute montagne avec son fils. On peut d'ailleurs le suivre à la trace sur son blog.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.