Football: Cédric Fauré a acquis la fibre namuroise

L’entraîneur français n’a pas mis longtemps à s’identifier au matricule 156. Il se prépare à laisser son empreinte dans l’histoire du club.

Benoît Jadot
Les "Merles" sont bien décidés à fêter une deuxième montée d’affilée.
Les "Merles" sont bien décidés à fêter une deuxième montée d’affilée. ©ÉdA – J-Ph. Pickar

"Allez les petits". C’est une des expressions favorites de Cédric Fauré, probablement empruntée au regretté Roger Couder, commentateur français de rugby (la passion première de la région natale du coach namurois). Depuis son arrivée aux Bas-Prés, le mentor français s’est complètement impliqué dans le projet des "Merles" avec succès. "Quand j’ai signé à Namur, je connaissais déjà le club et son passé historique, entame le T.1 des Unionistes, qui n’habite pas loin de la capitale wallonne. Y démarrer ma carrière en Belgique comme entraîneur était un honneur." Son arrivée un peu tumultueuse, puis le silenzio stampa imposé à la presse écrite ne l’ont pas découragé. D’emblée, il avait souligné l’importance d’avoir une bonne relation avec les médias. Après des débuts hésitants, le technicien français a rapidement su faire passer ses idées et insuffler un fort caractère à ses troupes. Le même qu’il avait démontré sur les pelouses de D1, comme attaquant. "L’avancée la plus flagrante chez les joueurs est cette prise de conscience que l’on peut beaucoup avec de la volonté. Ils ont adhéré à mes idées, pour avancer avec le groupe. Il y a une grosse différence entre le premier jour et maintenant", se réjouit Cédric Fauré.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...