« La Gaillarde » survivra-t-elle à son exil ?

Depuis l’été dernier, le club de " La Gaillarde " a dû quitter le campus provincial de Salzinnes pour le Génie de Jambes, en attendant une salle.

M.S.
 L’antique hall des sports de Saint-Aubain à Salzinnes accueillait «La Gaillarde», forcée de déménager. Mais où?
L’antique hall des sports de Saint-Aubain à Salzinnes accueillait «La Gaillarde», forcée de déménager. Mais où? ©ÉdA – 60404984239 

Quand avant l’été dernier, la province de Namur met fin au bail du club de gym de "La Gaillarde" – présidé à une époque par feu Roger Lazaron ! – la présidente actuelle Aline Coibion sait déjà que ce déménagement imposé ne sera pas un long fleuve tranquille. Pourtant, si d’un côté la Province semble pressée de débuter les travaux prévus pour remplacer l’ancienne salle de sport de l’institut Saint-Aubain à Salzinnes par de nouveaux bâtiments complétant sa Haute École, de l’autre la ville de Namur vole au secours de "La Gaillarde" pour reloger les jeunes gymnastes. Avec une solution provisoire dans les installations de l’école du Génie de Jambes, mais aussi l’objectif à plus long terme d’une nouvelle salle construite dans le cadre d’une convention signée avec la ville par "Actibel" au sein du nouveau complexe commercial de Belgrade, sur le site de l’ancien contrôle technique. Un projet mis en route en 2020 mais qui prend logiquement du temps, comme le dit la direction du promoteur immobilier namurois. "On n’y sera pas avant deux ou trois ans, et si Actibel s’est engagé à investir 1.3 millions d’euros pour cela, rien ne garantit qu’à terme cette somme y sera consacrée car les coûts des matériaux explosent", craint Aline Coibion, particulièrement échaudée par les conséquences désastreuses du déménagement forcé de son club.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...